Ultimate magazine theme for WordPress.

Méziane Mériane, coordinateur du Snapest : «La CSA va réintroduire une nouvelle demande d’agrément »

29

L’Express-DZ : La confédération des syndicats algériens (CSA) du secteur de l’éducation, dont le Snapest fait partie, n’a pas digéré la décision du ministère du travail de lui accorder un agrément. Qu’avez-vous décidé au sein de la confédération à ce propos ?

MMériane : D’abord je dirai que ce refus est une aberration pour nous. Au moment où d’autres organisations l’obtiennent facilement. Le refus et les justificatifs présentés par le ministère du travail dans ce sens ne sont pas logiques. D’ailleurs, nous l’avons bien expliqué dans notre lettre dressée au ministère suite à ce refus.

Nous considérons l’unique observation comme quoi le dossier de la CSA n’est pas conforme aux dispositions de l’article 2 de la loi n° 90-14 du 02 juin 1990, modifiée et complétée, relative aux modalités d’exercice du droit syndical, n’est pas fondée en droit, et ne se réfère pas aux dispositions pertinentes de la loi n° 90-14 précitée. Aussi, l’observation ne tient pas compte des prescriptions de la Convention n° 87 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948, et notamment son article 5, ratifiée par l’Algérie. Le ministère du travail a fait référence à une « demande » de constitution d’une « organisation syndicale » ; or les six syndicats ont déposé un dossier à l’effet de déclarer la constitution d’une « Confédération syndicale ».

Pourtant, nous avons consulté un spécialiste du domaine avant l’envoi du dossier, et nous l’avons consulté également après le refus. Donc nous allons réintroduire une nouvelle demande d’agrément, et nous allons voir cette fois-ci la réaction du ministère.

Les six syndicats du secteur de l’éducation ont également reçu les PV (procès verbaux) des dernières rencontres avec le ministère de l’éducation. Là aussi c’est la surprise pour vous ?

Oui absolument. Les PV que chaque syndicat a reçus suite aux réunions tenues avec les responsables du ministère de l’éducation ne sont guère logiques pour nous. On dirait que ceux qui ont rédigé les PV n’ont pas assisté aux réunions. Et ces PV ne reflètent en aucun cas nos attentes. Nous avons également envoyé des réponses au ministère de l’Education à ce propos.

Quelles sont les prochaines actions des six syndicats ?

La parole revient à la base. Nous allons organiser une réunion, demain au plus tard dans trois jours pour décider des prochaines actions à prendre, car nous ne pouvons se taire face à ce mépris de la part de la tutelle et des pouvoirs publics.