Exclusif / Entretien avec Dr Rachid Amokrane, président de Smarttek consulting New-York

Date:

Rachid Amokrane est un expert en développement personnel et en motivation dans le monde  des affaires. Il est le fondateur et président de Smarttek Consulting, Inc., une société de conseil  dont le siège est  à New York  (Etats-Unis). Il  a  coaché des particuliers et a  travaillé avec de solides entreprises  aussi bien en Algérie que dans d’autres pays notamment les USA, le Canada et quelques pays du Moyen Orient, d’Europe et d’Afrique. Il est auteur de plusieurs ouvrages sur  le développement personnel et le leadership, dont notamment, « Grains de succès » et «  Les Secrets de la réussite ».Il nous parle,  dans cet entretien  exclusif, des principes du développement personnel  et des fondements de base pour améliorer sa vie.

 
L’Express DZ :   Les méthodes de développement personnel ont, ces dernières années, le vent en poupe en Algérie, qu’est ce qui a provoqué, selon vous, cet intérêt pour ces méthodes ?

Dr Rachid Amokrane
: C’est très simple, la plupart des Algériens ont compris que leur  réussite ne dépend pas des circonstances extérieures, bonnes ou  mauvaises, mais d’eux-mêmes, des pensées qu’ils nourrissent de jour en  jour et surtout des objectifs précis qu’ils se fixent. Il faut pour cela garder en tête cette phrase qui définit à elle seule le développement  personnel: SI VOUS VOULEZ QUE LES CHOSES CHANGENT POUR VOUS, CHANGEZ !

 Ya –t-il des études qui ont été faites pour évaluer  l’impact de ces méthodes sur les individus et les groupes ?

En Algérie et même dans plusieurs parties du monde, je ne pense pas ou alors si quelques unes ont été faites, elles n’ont eu aucun impact qui soit bénéfique à la population en général et aux jeunes en particulier. Les gens ne mesurent pas vraiment l’importance du développement personnel, car ils ne l’ont jamais étudié à l’école ou à l’université. Et c’est justement là que les systèmes éducatifs de presque tous les pays du monde sont remis en cause. Par ailleurs, certaines études ont été faites aux USA pour mesurer l’impact du développement personnel  et de la motivation dans les entreprises d’abord, puis dans certaines écoles privées et enfin depuis 3 ou 4 ans dans les écoles et autres établissement scolaires publics. Les résultats sont phénoménaux et l’on peut les résumer avec cette belle et éternelle citation de Napoléon Hill l’un des pionniers du développement personnel  aux USA: «Whatever Your Mind Can Conceive and believe, It can Achieve » (Tout ce que l’esprit peut concevoir et croire, il peut l’atteindre). Je recommande d’ailleurs deux de ses premiers livres publiés au début des années 1900, à ceux qui veulent progresser et réussir leur vie dans tous les domaines. Il s’agit de THINK AND GROW RICH (Réfléchissez et devenez riche) et THE LAW OF SUCCESS (La loi du succès).


On constate que parallèlement au progrès industriel et  technologique, le désarroi des hommes augmente. Dans un monde plein  de richesse et d’avancée scientifique, stress, déséquilibre, instabilité, angoisse, peurs…sont le lot quotidien des hommes.  Comment expliquez-vous cette contradiction ?

Ceci est normal, car énormément de personnes n’ont pas encore découvert que leur seule et unique richesses est en eux. Alors, ils s’en vont en guerre contre le monde entier pour imposer leurs idées et assouvir leurs désirs et satisfaire leur soif de la réussite et donc de la richesse
matérielle. Le bonheur et la richesse sont d’abord en nous. Il suffit d’apprendre à apprécier ce moment présent et le vivre comme si c’était le dernier. Il ne faut surtout pas s’opposer au moment présent en essayant de le changer car il n’est pas comme nous aimerions qu’il soit. Cela veut dire qu’il faut l’accepter tel qu’il est et non comme nous aimerions qu’il
soit. Comment peut-on interpréter ceci dans nos affaires et transactions avec autrui? De la manière la plus simple qui soit, c’est-à-dire je ne peux gagner que si mon vis-à-vis gagne…C’est à dire que je dois agir de manière à ce que les intérêts de mon vis-à-vis soient considérés  avant les miens…C’est-à-dire que je dois considérer toutes choses selon le point de vue de mon vis-à-vis d’abord, avant de les considérer selon mon point de vue. Ceci est donc le meilleur que l’on puisse puiser dans l’immense richesse du développement personnel. Ceci est certainement l’ultime sophistication  dans les relations interpersonnelles, car nous avons su berner cet ego espiègle et trompeur pour nous rapprocher de l’esprit. En définitive, nous avons compris que c’est en allant en nous-mêmes pour découvrir nos faiblesses dont bien-sûr la gourmandise et les conquérir et donc nous développer au fur et à mesure pour ainsi atteindre notre meilleure version. Cette version c’est accepter le moment présent tel qu’il  est, car nous aurions enfin compris que l’univers entier est exactement tel ce moment là. Nous avons aussi compris qu’on refusant ce moment  précis nous avons pris la décision de nous battre contre l’univers entier. Quelle erreur ! Puisque nous sommes voués à l’échec avant même d’avoir commencé.  Les hommes d’affaires d’aujourd’hui se battent entre eux et  parfois même contre les circonstances extérieures qu’ils jugent défavorables et la cupidité pour être les meilleurs et finissent dans les bras du stress, de l’angoisse et des maladies que ces deux fléaux engendrent. N’est-il donc pas mieux de vouloir le bien du vis-à-vis sachant qu’en agissant ainsi on ne peut que gagner d’une manière ou d’une autre, car nous avons su viser le cœur du vis-à-vis avant sa tête. Nous nous sommes alignés avec l’Univers, avec le développement personnel, avec la victoire et donc avec le bonheur et le bien-être. Un excellent livre de DEEPAK CHOPRA qui va dans ce sens c’est « The Seven Spiritual LAWS of Success » (Les Sept Lois Spirituelles du Succès).

Vous êtes le coach le plus connu en Algérie .Quels sont les groupes et les entreprises que vous coachez ? Et quels changements  avez-vous opérés et constatés parmi ceux que vous suivez ?

J’ai l’immense honneur d’avoir travaillé avec de solides groupes aussi bien en Algérie que dans d’autres pays notamment les USA, le Canada, quelques pays du Moyen Orient, d’Europe et d’Afrique. Pour des raisons professionnelles, je ne peux malheureusement pas vous citer les noms de mes clients. Par contre, je peux vous dire que les résultats étaient des plus remarquables car les secrets du développement personnel  étaient déjà enfouis dans le cœur de tous les participants. C’était des choses qu’ils savaient depuis longtemps et qu’il fallait juste leur rappeler. Ces résultats découlent surtout de l’intelligence et de cette envie de devenir meilleur de chaque participant. Je n’étais là que pour montrer le chemin à suivre et les participants ont fait le reste avec brio. Galilée disait d’ailleurs, « Qui suis-je pour apprendre quoique ce soit aux autres. Je ne suis là que pour leur rappeler certaines choses qu’ils connaissaient depuis des lustres». Une autre constatation qui m’a énormément enrichie et dont je serai toujours honoré, c’est celle du DRH du plus grand Groupe d’Algérie qui a déclaré,  « Après cette formation de M. Amokrane, des cadres qui ne se parlaient pas depuis longtemps se serrent régulièrement la main à présent et réalisent donc un travail de groupe des plus productifs. Nous avons tellement aimé cette formation que nous la  répétons au sein de toutes nos unités. » C’était un immenses honneur pour moi d’avoir servi ce noble et puissant Groupe et son personnel.

 Les méthodes du développement personnel peuvent-elles constituer le sésame pour changer les mentalités des chefs d’entreprise et de leurs employés ?

Absolument. Une ou deux simples citations suffisent  pour répondre à cette ingénieuse et subtile question : «  When you change the way you look at a situation, the situation changes » (Toute situation change dès que vous changez votre manière de la voir) de Jim Rohn, ou encore,  « There is nothing good or bad but thinking makes it so » (Il n’y a rien qui soit bon ou mauvais. C’est votre manière d’y penser qui les rendent ainsi) de Shakespeare. Pour résumer, les chefs d’entreprise ainsi que leurs employés doivent partir du principe que les choses ne changent pas mais c’est plutôt nous qui devons changer.

  Hormis vos quatre ouvrages, très peu de livres ont été écrits, en Algérie sur le sujet. Comment expliquer ceci ?

Il faut du temps pour que le développement personnel s’installe de manière définitive dans les esprits. C’est quelque chose de nouveau et de surprenant non seulement en Algérie mais dans plusieurs pays du monde. Les gens ont des difficultés à admettre que leur succès ne peut émaner que d’eux-mêmes et non des circonstances extérieures bien que celles-ci aient leur rôle à jouer bien entendu. En effet,95% de la population mondiale refuse de croire que ce ne sont pas les circonstances extérieures qui sont importantes mais plutôt leur façon d’y faire face. Les autres 5% l’ont compris depuis longtemps et se partagent le gâteau universel pendant que  les 97% se contentent des miettes restantes. Les 5% pensent plus, travaillent moins et empochent plus pendant que les 95% pensent moins, travaillent plus et empochent moins. Toutes  les réussites ne peuvent provenir que de nous-mêmes, c’est-à-dire du genre de pensées que nous nourrissons chaque seconde de chaque minute de chaque heure de chaque
jour. Tout ce que l’on inscrit dans nos têtes s’inscrira dans nos circonstances extérieures… « As within so without ».  (Ce qui est à l’extérieur est  ce qui est à l’intérieur)

Comme c’est un marché qui n’est pas encore contrôlé, on  retrouve des gens sans diplômes et sans connaissances solides dans le  domaine qui se présentent comme des coachs et animent partout des conférences et des séminaires ? Comment y remédier ?

Il faut tout simplement prendre les choses du bon côté car le fait que ces personnes essaient de l’enseigner sans qu’elles y soient qualifiées est une bonne chose puisque elles se retrouvent déjà elles-mêmes dans le cœur du développement personnel. Ces personnes vont dans la bonne direction et se sentiront bien obligées de se développer et d’atteindre leur meilleure version pour encore mieux l’enseigner. Et ceci est une excellente chose pour l’Algérie et les Algériens. Il faut par la suite encourager ces personnes pour qu’elles se disciplinent et décident elles-mêmes de suivre les formations appropriées pour exercer librement. Il faut comprendre que nous sommes presque 45 millions d’habitants et nous n’avons même pas 1000 formateurs dans ce domaine. Vous vous rendez compte? Il faut donc tout simplement expliquer à ces personnes sans essayer de les décourager qu’elles doivent elles-mêmes être formées pour être à la hauteur et ainsi enseigner cette discipline qui peut sauver des milliers de personnes de l’échec et de la mal-vie.

 Le développement personnel insiste, grosso modo, sur deux principes majeurs : être soi et avoir une attitude mentale positive. Ce sont des codes qui existaient déjà du temps de Socrate mais  difficiles à mettre en pratique, ne trouvez-vous pas ?

Oui, absolument. Les gens refusent de croire qu’à travers l’adoption d’une attitude mentale positive quelques soient la sévérité des circonstances extérieures qui leur font face, ils finiront par prévaloir vaille que vaille. Ils refusent obstinément de croire que pour que les choses
changent pour eux, ils doivent tout simplement changer. Et pourtant, il suffirait de presque rien pour qu’ils révolutionnent leur vie de manière riche et positive. Quant à être soi-même c’est tout simplement l’une des caractéristiques les plus essentielles du développement car comment voulez-vous réussir en refusant d’être vous-même et en essayant vainement d’être quelqu’un que  vous n’êtes pas. Dans la vie, on n’obtient pas ce que nous voulons, mais qui nous sommes. Rappelez vous donc de cette fameuse phrase de Oscar Wilde, « Be yourself because every one else is taken ». (Soyez mêmes car tous les autres sont occupés à être eux-mêmes) »

Tout le monde cherche l’épanouissement personnel mais très peu l’atteignent. Brièvement sur quelles ressources doit-on s’appuyer pour trouver le chemin de l’épanouissement ?

C’est vrai des millions de personnes cherchent l’épanouissement personnel mais ne l’atteignent presque jamais. Pourquoi donc, me diriez-vous? La réponse est pourtant des plus simples. Elles le cherchent là où elles ne le trouveront jamais, c’est-à-dire extérieurement, à travers les circonstances extérieures, à travers les acquisitions matérielles, les diplômes, les honneurs et les positions sociales prestigieuses. Ces personnes deviennent alors comme ces feuilles mortes que le vent pousse par-ci et par-là. L’épanouissement et le bonheur se trouvent en nous et il est de notre devoir d’aller donc en nous-mêmes pour les y chercher. Ceci ne peut se faire qu’à travers le développement personnel,  c’est à dire la découverte de soi, de ses forces et faiblesses intérieures. Où veux-je donc en venir? Il faut savoir s’auto-examiner de manière à progresser vers notre meilleure version qui est basée avant tout sur nos forces intangibles qui sont bien-sur intangibles mais invincibles et incontournables. Aucun épanouissement, aucune réussite et aucun bonheur n’est possible sans elles. La stratégie est simple pour y arriver: Il suffit de faire en sorte que les intangibles positifs tels que la confiance en soi, la détermination, le courage, la noblesse, la persistance, l’esprit d’initiative, la foi pour ne citer que ceux-là supplantent les intangibles négatifs tels que la fainéantise, le doute, la peur, l’indécision, l’indolence la procrastination, le mensonge et bien d’autres. Ceci ne peut se faire qu’à travers un strict et rigoureux contrôle des pensées qui traversent les esprits et donc accepter les positives et éliminer sans hésitation les négatives. Ça a l’air simple, mais il faut le faire.

Notre société est une société d’apparence. Elle est connue pour accorder trop d’importance au regard des autres. On doit par  exemple célébrer un mariage comme les autres même si on n’a pas  les moyens, égorger un mouton de l’Aïd comme les autres… comment se libérer de cela ?

Il faut tout simplement se dire, « Je me suis réveillé ce matin, j’ai pu déguster mon café, admirer le lever du soleil et respirer la vie. Merci, merci, merci mille fois, mon Dieu ». Les plus pauvres ne sont pas ceux qui n’ont rient mais ceux qui veulent tout. Rien au monde ne vaut une vie simple mais heureuse. Epictète disait, il y a déjà si longtemps,  «  Malheureux ceux qui envient les biens des autres et heureux ceux qui savent se satisfaire du peu qu’ils ont déjà entre les mains. »

 
  Je vous laisse conclure

La réussite ce n’est pas quelque chose que l’on poursuit comme l’on poursuivrait un papillon…C’est quelque chose que l’on attire par la personne que nous sommes ou que nous devenons.

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Présidentielle : Plusieurs prétendants à la candidature déposent leurs dossiers auprès de l’ANIE

Plusieurs prétendants à la candidature à la Présidentielle du...

Les résultats du Bac annoncés ce jeudi à 16h00

Le ministère de l'Éducation nationale annonce, dans un communiqué,...

Stations de dessalement, agriculture, ports : les instructions du président Tebboune

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présidé,...

Le redécoupage administratif, une nécessité inéluctable

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a...