Ultimate magazine theme for WordPress.

Mustapha Zebdi, président de l’APOCE « Nous lançons la deuxième phase des analyses sur les cafés la semaine prochaine »

133

L’Express-DZ : quatre marques de café sont poursuivies en justice par le ministère du Commerce pour non-conformité à la réglementation. Est-ce que ces marques ont été retirées du marché ou est-ce qu’il faut attendre la décision de la justice ?

MZebdi : Vous savez tous ce qui est répression des fraudes c’est le ministère du Commerce qui s’en charge. L’APOCE a fait son devoir sur ce sujet et a alerté sur le danger que peuvent provoquer certaines marques de café, vu le taux de sucre que nous avons constaté élevé suite à des analyses que nous avons effectuées. Je rappelle que l’APOCE a relevé que pas moins de 84% des marques nationales de café sont “non conformes” aux normes requises par la législation. Les analyses ont concerné le taux de sucre additionnel dans le café et son étiquetage réglementaire concernant douze marques de café produites localement. L’absence de conformité concerne soit le taux de sucre élevé, soit le non respect de la mention des matières ajoutées et leurs taux sur l’emballage comme exigé par le décret exécutif de février 2017 fixant les caractéristiques du café ainsi que les condition et les modalités de sa mise à la consommation.

Maintenant, l’association ne peut que travailler pour l’intérêt de l’économie et celui des entreprises sans oublier celui du consommateur.

Nous sommes convaincus aussi que depuis le lancement de cette enquête et des analyses et depuis la réaction du ministère du Commerce, les marques de café qui n’était pas aux normes, ont dû rectifier la dose du sucre.

Vous vous êtes fixé, au niveau de l’association, en novembre 2018, un délai de trois mois pour refaire de nouvelles analyses sur ces cafés. Qu’en est-il de ce délai ?

Justement vous me donnez l’occasion d’annoncer le lancement de la deuxième phase d’analyse de différentes marques de café, et ce dès la semaine prochaine. Nous souhaitons que toutes les marques prennent part à ce deuxième test car la première phase a connu la participation de seulement 12 marques de café. Aussi, pour cette phase, nous allons utiliser un laboratoire étatique car dans la première, nous avons dépensé beaucoup d’argents dans un laboratoire privé.

Je peux aussi garantir que les résultats de ce deuxième test seront transparents et clairs.

Les consommateurs ne savent pas à quel saint se vouer. Ils ne peuvent s’en passer du café d’un côté, et s’inquiètent de l’autre sur les conséquences sur leur santé. Que pouvez-vous dire aux consommateurs pour les rassurer ?

Je leur dirais que nous sommes confiants que pas mal de marques ont rectifié la dose du sucre et que les choses vont se régler dans deux semaines.