condamnation à mort
Palais de justice

 

Un procès qui s’est terminé tard dans la soirée  jeudi, vu l’ampleur des délits et de la foule d’avocats qui se sont relayés pour défendre leurs clients.

Il s’agit d’une affaire d’association de malfaiteurs, homicide volontaire avec préméditation et non dénonciation de crime tout en étant au courant du fait.

Dans cette affaire 6 mis en cause ont comparu devant la cour criminelle de Bouira. Le représentant du ministère public a requis la peine capitale contre tous les accusés (T.B, K.S, A.H, A.D, C.K et M.T).

Les circonstances de cette affaire remontent au jour du 8 avril de l’année 2014, quand L.K la victime, habitant le village de Saïd Abid situé à la sortie Ouest de Bouira, fut contactée par son ancien ami qu’il fréquentait du temps ou il faisait parti du milieu de délinquants et de marginaux.

Cet ami  K.S qui n’est autre qu’un dangereux repris de justice notoirement connu pour ses actes criminels,  lui suggéra de le rencontrer.  La victime accepta sans se douter que ce jour là il allait perdre la vie des mains de son ancien comparse, et d’autres complices que celui-ci appela pour échafauder avec eux un plan diabolique dans le but de se débarrasser de L.K.  Ce dernier,  ne se douta de rien en allant le rejoindre dans un lieu isolé située à la lisière de la ville de Bouira, et ou ils avaient l’habitude dans le passé de s’adonner à leurs consommations favorites, faites de drogues dures, alcool, et psychotropes.

Les malfaiteurs au nombre de 5 étaient là à l’attendre, et le 6ème  leur avait servi de transporteur, est reparti. Ainsi commença une longue partie de soûlerie et de drogues, jusqu’à ce que la victime tombe dans un état d’égarement. Les malfaiteurs n’attendaient que ce moment là pour se mettre contre la victime, en commençant à le rouer de coups. L’un frappa  L.K avec des coups de pied, l’autre lui assena des coups de poings en différents endroits de son corps, d’autres se sont acharnés contre lui sauvagement.

L’expertise médicale avait décelé plus de 11 coups sur différentes parties de son corps et tant d’ecchymoses importants.  La victime fut délestée de ses habits et  abandonnée  à cet endroit isolé. Les éléments de la protection se sont dépêchés sur les lieux, et trouvèrent la victime toujours en vie mais dans un état très critique, Evacué aux urgences de l’hôpital Mohamed Boudiaf, le citoyen L.K sera transféré dans un centre hospitalo-universitaire de la wilaya de Tizi-Ouzou ou il décèdera 2 jours plus-tard. Les coupables furent arrêtés.