personnel navigant commercial

Le personnel navigant commercial (PNC) d’Air Algérie est entré ce lundi en grève causant des perturbations des vols de la compagnie nationale. Ce mouvement de grève va provoquer d’énormes retards et la majorité des avions d’Air Algérie sont cloués au sol mettant en grogne les voyageurs. Selon certaines sources, cette grève n’était pas prévu puisque le PNC d’Air Algérie qui avait déjà menacé d’une grève en décembre 2017, et qui avait déposé un préavis a reporté ce mouvement après discussion avec la direction. Mais des sources du syndicat du PNC disent que l’accord entre les deux parties a été gelé.

Pour rappel, un préavis de grève a été déposé le 25 décembre au niveau de la direction générale de la compagnie. Selon des sources, les représentants du personnel naviguant composé de pilotes, hôtesses et stewards, ont demandé à négocier avec le PDG d’Air Algérie. Même le personnel technique de la compagnie s’est joint à ces négociations en vue de trouver une solution au problème des augmentations salariales qui ont été promises par la direction générale d’Air Algérie et datent de l’époque de l’ancien PDG, Mohamed Abdou Bouderbala. D’autres sources affirment que ces augmentations de salaires ont été gelées par l’actuel PDG de la compagnie en raison des difficultés financières dans lesquelles patauge Air Algérie. Le ministre des Transports avait pris le dossier en main en invitant les représentants syndicaux au siège de son département pour désamorcer la crise suite à ce préavis de grève qi avait été annulé dans un premier temps.

Le ministre des transports, Abdelghani Zaâlane, avait même reconnu, récemment, qu’“Air Algérie est en proie à des difficultés financières”.

Notons également que suite à la réunion qui a eu lieu le 08 janvier entre le ministre du Transport en présence du PDG de l’entreprise et le syndicat UGTA technique spécifique (techniciens de maintenance des avions) d’Air Algérie, ce dernier a exprimé, le 15 janvier, dans un communiqué, son mécontentement.

«Le PDG, a proposé, et cela pour la énième fois dans l’histoire d’Algérie, le recours à un « benchmarking (étude comparative) », ce qui revient à faire appel, une fois de plus à un bureau spécialisé pour effectuer une étude sur la hiérarchisation des salaires et des métiers en comparaison avec d’autres compagnies aériennes », critique le syndicat dans son communiqué.

La situation risque donc de s’aggraver pour les voyageurs d’Air Algérie qui se retrouve entre le marteau et l’enclume et le bras de fer entre le syndicat du PNC et la direction risque aussi de perdurer dans le temps.