Ultimate magazine theme for WordPress.

Le mouvement El Mouwatana auquel il vient d’adhérer sera son tremplin: Le général-major Ali Ghediri candidat à la présidentielle

4 374

On connait aujourd’hui les véritables raisons de l’appel du général-major à la retraite Ali Ghediri au vice-ministre de la Défense nationale, le général major Gaid Salah lui demandant «d’empêcher les uns et les autres de toucher aux urnes pour frauder et faire passer leur candidat». 

Ce haut gradé de l’ANP qui a officiellement rejoint le mouvement El Mouwatana compte en effet se présenter à l’élection présidentielle d’avril prochain.

Ce mardi il a participé à une réunion du mouvement qui s’est tenue au siège du parti l’Union pour le changement et le progrès présidé par Zoubida Assoul ou il a évoqué sa possible candidature lors de sa prise de parole.

Ce mouvement crée en juin dernier regroupe certains partis politiques et des personnalités nationales à l’image de l’ex Chef du gouvernement Ahmed Benbitour devrait en toute logique présenter au nom de ce mouvement le général-major à cette élection présidentielle. Dans une interview à El Watan, publiée le 25 décembre 2018, Ali Ghediri s’était attaqué aux «aventuriers» dont l’unique objectif est «de rester au pouvoir et de profiter de la rente». Selon lui « certains demandent un report de la présidentielle, d’autres la continuité. Tous les schémas anticonstitutionnels sont mis sur la table. Connaissant de près le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, je me défends de croire qu’il puisse avaliser la démarche d’aventuriers», a-t-il écrit. Plus loin, il a ajouté : «Je ne pense pas que le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah puisse permettre à qui que ce soit de violer d’une manière outrageuse la Constitution. Il n’est pas sans savoir qu’il est le dernier de sa génération et que l’Histoire est fortement attentive à ce qu’il fait ou fera (…) Pour ce qui est de l’élection présidentielle de 2019, je considère que, plus que toutes les autres précédentes, les joutes à venir sont d’une importance capitale, en ce sens qu’elles sont à la fois porteuses d’espoir et de péril. Elles placent l’Algérie sur une ligne de crête, entre ubac, le côté sombre, et adret, le côté ensoleillé. Si nous arrivons à les organiser sans encombre, nous aurons réussi notre pari, à défaut, le pays risque gros. Mais je demeure optimiste», a-t-il déclaré. Il a rappelé la qualité de moudjahid d’Ahmed Gaïd Salah. «Ne serait-ce que sur ce point précis, il mérite la confiance de ceux qui ont à cœur de voir l’Algérie réussir son pari». L’ancien officier supérieur a appelé l’Armée à «un engagement démocratique».