L'info c'est ici

Le FFS dénonce une cabale contre les militants de l’opinion et de la démocratie à Ghardaïa

19

Le FFS a dénoncé ce mercredi, la répression de militants de l’opinion et de la démocratie par le pouvoir en place via l’instrumentalisation de la justice. Dans un communiqué rendu public, le FFS révèle qu’au cours de ces deux derniers jours, les tribunaux de la wilaya de Ghardaïa «ont été le théâtre de plusieurs affaires juridiques impliquant des militants des droits de l’homme, des militants politiques et des syndicalistes appartenant à plusieurs obédiences politiques et syndicales qui activent dans cette région».

 Le plus vieux parti de l’opposition «dénonce ces cabales judiciaires» (qui) ont abouti à des décisions de justice d’emprisonner certains militants, placer sous contrôle judiciaire d’autres, allant jusqu’au lancement des mandats d’arrêt internationaux contre des militants établis en exil depuis des années maintenant. Tandis que, d’autres affaires sont ajournées pour la prochaine session judiciaire : «Toutes les accusations portent sur des délits d’opinion, la liberté expression et la dénonciation des injustices.

Le tort de ces victimes fut l’utilisation des réseaux sociaux afin de condamner et de démasquer les affaires liées à la dilapidation des deniers publics, les abus de pouvoir et les dépassements dont étaient victimes certains responsables locaux», souligne la même source.

Le FFS note que lundi passé, la cour de Ghardaïa a traité le recours introduit par le camarade Bahmad Lasaker, qui a été mis en prison depuis maintenant deux mois et «une sentence d’une année d’emprisonnement ferme dont six mois avec sursis a étéproclamée en première instance  par le tribunal de Beriane en avril dernier. La suite à donner à cet appel sera connue la semaine prochaine à cause du report du traitement de cette affaire».

 Le FFS dénonce et conteste une fois de plus, «ces menées répressives et ces cabales juridiques orientées» contre des militants politiques et des syndicalistes qui par leurs actions, œuvrent pour l’édification d’un Etat de droit, un état civile et démocratique, en exprimant d’une manière légale et pacifique leur mécontentement face aux abus de pouvoir et contre les dépassements : «C’est une violation abjecte des droits de la personne humaine»