Ultimate magazine theme for WordPress.

Après Ould Abbes et Said Barkat La justice demande la levée de l’immunité parlementaire de Amar Ghoul

337

Le Conseil de la nation a reçu la demande de la justice relative à la levée de l’immunité parlementaire de l’ex-ministre des travaux publics et actuel sénateur Amar Ghoul, a indiqué ce mercredi le sénateur FLN Abdelouahab Benzaim : «La demande de levée immunitaire parlementaire d’Amar Ghoul est arrivée au Sénat», a-t-il annoncé sur sa page Facebook.

Le 26 mai dernier le Parquet général de la Cour suprême avait annoncé avoir reçu du procureur général de la Cour d’Alger, le dossier des procédures relatives aux poursuites contre un groupe d’anciens membres du gouvernement. Ces personnes sont poursuivies «pour des faits punis par la loi relative à la conclusion de marchés publics et de contrats contraires à la réglementation et les lois en vigueur», a précisé la Cour suprême dans un communiqué.

Le communiqué de la Cour suprême est intervenu après celui du Parquet du tribunal d’Alger annonçant des poursuites contre douze anciennes personnalités : Abdelghani Zaalane, Amar Tou, Boudjemaa Talai, Karim Djoudi, Amara Beyounes, Abdelkader Bouazghi, Amar Ghoul, Abdeslam Bouchouareb, Abdelkader Zoukh, Mohamed Djamel Khenfar, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia. Le dossier de Amar Ghoul a été transmis t à la Cour suprême.

L’ancien ministre des Travaux publics sera poursuivi dans le dossier de l’autoroute Est-Ouest. Pour rappel, la justice a demandé à la Commission des Affaires juridiques du Conseil de la Nation de lever l’immunité parlementaire de Amar Ghoul, actuellement sénateur issus du tiers présidentiel.

Le dossier de l’autoroute Est-Ouest a été déjà jugé en 2015 par le tribunal de Blida qui a condamné les seconds couteaux pour mieux protéger les vrais acteurs du scandale dont Amar Ghoul, en sa qualité de ministres des Travaux publics.

 Cette affaire est toujours pendante au niveau de la cour suprême. Cette derrière  ne s’est toujours pas prononcée sur le pourvoi en cassation introduit contre le jugement émis en 2015 par le tribunal criminel d’Alger dans l’affaire dite autoroute Est-Ouest :«La Cour suprême ne s’est pas, à ce jour, prononcée sur le pourvoi en cassation en relation avec l’affaire de l’autoroute Est-Ouest» , a affirmé à l’APS , Me Khaled Bergheul, avocat de l’un des principaux accusés dans l’affaire en question en l’occurrence Khelladi Mohamed, ex-directeur des nouveaux programmes de l’autoroute, condamné à 10 ans de réclusion criminelle.

 L’affaire portait sur des faits de corruption et octroi de commissions dans la passation de marchés publics pour la réalisation du projet autoroutier est-ouest, sur 1216 km. Initialement, le projet de l’autoroute est-ouest avait bénéficié d’une enveloppe globale de six (6) milliards de dollars environ. De réévaluations en réévaluations, avec d’importants retards dans la livraison des sections du projet, l’enveloppe financière avait atteint les 11 milliards de dollars en 2011-2012.

Le ministre Amar Ghoul dont les soupçons de complicité ont pesé longtemps a été miraculeusement hors d’atteinte. Le Conseil de la Nation a annulé sa séance programmée le 19 juin prochain sur le vote de la levée de l’immunité parlementaire de Djamel Ould Abbes et ce après que l’ex SG du FLN eût introduit lui-même une demande dans ce sens, imitant de ce fait, Saïd Barkat, les deux personnages ayant occupé le poste de ministre de la Solidarité.