Tizi-Ouzou : 150 Chahids non répertoriés par l’administration locale

Malik Habib Le


Combien sont-ils de martyrs de la révolution à l’échelle nationale dont les noms ne figurent pas sur le fichier administratif ? Rien qu’au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou, ils sont au nombre de 150 martyrs mais dont les noms ne figurent sur aucun registre administratif.

L’express DZ magazine est désormais disponible sur les étals

Et pourtant, les noms de ces martyrs sont inscrits sur différents monuments aux morts et martyrologes. La plupart de ces martyrs tombés au champ d’honneur les armes à la main étaient des célibataires et orphelins. Il se trouve par le hasard de l’histoire qu’à l’indépendance du pays, leurs noms, ayant figurés pourtant sur les registres de l’ALN – FLN, n’ont jamais été reproduits dans les registres administratifs civils officiels.

Au niveau de la direction de l’ONM de Tizi-Ouzou, l’on nous a indiqué que les dossiers de ces martyrs de la révolution ont été transmis au ministère des Moudjahidine pour jouir d’un correctif, c’est-à-dire pour une régularisation en bonne et due forme.

Pour sa part, le député Tayeb Mokadem, conscient de la grossièreté de cette erreur administrative, a saisi le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, le 12 du mois dernier à l’occasion des travaux de l’APN sur ce cas.

Le député Tayeb Mokadem nourrissait l’espoir de voir le ministre de tutelle prendre la décision idoine, c’est-à-dire ordonner une opération de régularisation de ces martyrs de l’oubli à l’échelle nationale.

Dans sa réponse, Tayeb Zitouni a assuré que l’opération de dépôt de dossiers de reconnaissance est définitivement close par l’ONM à l’issue de son 9ème congrès tenu le 3 septembre 1996 et par décision n°395.

Le ministre des Moudjahidine a fait sans doute un amalgame entre « reconnaissance » et « régularisation ». Car, il est évident qu’il s’agit d’une opération d’une régularisation administrative qu’il y a lieu d’exécuter à l’endroit de ces martyrs de la révolution.

Par ailleurs, une close de ce 9ème congrès de l’ONM stipule qu’en matière de reconnaissance, une exception peut être faite pour les éléments reconnus comme martyrs, membres de l’ALN et membres de l’OCFLN emprisonnés présentant une attestation justifiant leur détention délivrée par le ministère de la justice.

Et au demeurant, cette opération de reconnaissance ne peut pas présenter de complication puisque toutes directions des Moudjahidine à travers le territoire national ont chacune la liste de ces martyrs non inscrits sur le registre administratif.

Notons enfin que la reconnaissance officielle de ces martyrs est une exigence morale et non autre chose. Surtout pas financière. Car, faut-il le rappeler, ces martyrs étaient pour la plupart des célibataires et des orphelins. Certains d’entre eux ont déserté le lycée pour rejoindre le maquis. Alors, quand est-ce la reconnaissance des martyrs frappés de l'oubli administratif ?


Sur le Meme Thème

Scroll Up