Said Bouhadja devrait démissionner dans les heures qui viennent

Saïd Farhi Le


Said Bouhadja président de l'APN

Selon la chaîne de TV Dzaïr News le président de l’Assemblée nationale Saïd Bouhadja devrait annoncer sa démission «dans les toutes prochaines heures» Cette information a été confirmée quelques heures plus tard par l’intéressé sur les colonnes d’un site électronique : «Oui, j’ai l’intention de quitter le Parlement. Cela n’est pas un problème», dit-il.

Said Bouhadja reproche à Ahmed Ouyahia et Djamel Ould Abbes d’avoir utilisé la présidence de la République pour «pousser leurs députés à se rebeller contre lui». Si le retrait de confiance au président de l'Assemblée n'est pas prévu dans la loi, la motion de retrait de confiance signé par plus de 300 députés issus de quatre partis le FLN, le RND, TAJ, le MPA et les indépendants a eu raison de lui.

Samedi, Ahmed Ouyahia, le SG du RND  a fait part de son vœu de voir cette affaire prendre fin «dans le calme» et que le président de l'Assemblée, «le moudjahid respectable et qui s'est acquitté d'importants rôles dans sa vie de militantisme, gardera son image positive et que ce blocage au sein l'APN soit levé, tout en tirant les enseignements du message qui lui avait été adressé par 361 députés».

Qu’est-ce qui a fait changer subitement sa position ? On parle à juste titre d’un deal. On cite deux influentes personnalités proches du président de la République. A la surprise de tous, du pouvoir sûrement, Bouhadja décide donc de se retirer de la présidence de l’APN. On ne sait pas qu’est-ce qui a changé ou n’a pas changé en douze jours ? Le président de l'Assemblée nationale a finalement cédé aux pressions.

Depuis plus de dix jours, les députés de l’Alliance présidentielle exigeaient son départ. Said Bouhadja, a laissé planer le suspense jusqu’au bout. Les députés sont au chômage forcé depuis mercredi dernier. Ils s’apprêtent donc à désigner un nouveau président à l’Assemblée nationale. Le perchoir a été libéré.

Resté à peine plus d’un an à la présidence de l’Assemblée nationale, Bouhadja aura été sacrifié sur l’autel des calculs politiciens à six mois de l’élection présidentielle prévue au mois d’avril. 


Sur le Meme Thème

Scroll Up