Un poste de vice-président de la république en gestation: Ouyahia possible dauphin de Bouteflika

Date:

Le clan présidentiel ne fait pas de mystère sur sa volonté de nommer un vice-président pour seconder le chef de l’Etat lors d’un cinquième mandat (2019-2024). En toile de fond, la nomination de Ahmed Ouyahia comme dauphin. L’enjeu politique est de taille… Les «initiés» au sommet de l’Etat, le mystère est encore total, quant au contenu de ce nouveau «contrat» que le chef de l’État veut proposer au peuple.

A dix mois de l’élection présidentielle, -prévue en principe au mois d’avril 2019-  l’incertitude d’un cinquième mandat du président Bouteflika plane toujours alors que l’opposition, en rangs dispersés, n’arrive pas à s’entendre sur un candidat unique pour contrer le futur candidat du consensus. Si le doute persiste encore, le clan présidentiel est vent debout pour «vendre» par tous les moyens possibles la candidature de Bouteflika pour autre règne présidentiel de cinq ans. Mais les choses ne sont pas aussi simples que cela : la maladie handicapante du chef de l’Etat rend les choses difficiles cette fois-ci au contraire du quatrième mandat ou tout a été sorti pour la rendre crédible aux yeux de l’opinion internationale d’abord et nationale ensuite. L’absence physique du chef de l’Etat au niveau international- les visites à l’étranger ont été suspendues- a rendu la tâche difficile pour le locataire du Palais d’El Mouradia pour promouvoir l’image de marque du pays ceci sans oublier le fait que cette absence sur la scène internationale a impacté la politique étrangère alors que les défis sécuritaires et surtout économiques imposent une présence constante au niveau des grands forums mondiaux. Aussi se dirige-t-on vers un réaménagement constitutionnel de la fonction présidentielle à travers une révision partielle pour introduire le poste de vice-président qui sera amené à combler les absences du chef de l’Etats lors de grandes cérémonies ou lors des visites officielles de chefs d’Etat étrangers. Ce poste sera dévolu selon certaines sources au fait des arcanes du pouvoir à l’actuel Premier ministre Ahmed Ouyahia qui gardera par la même occasion son poste au Palais du Dr Saadane. Cette révision de la constitution est avancée pour la fin de l’année en cours ajoutent encore ses sources. Elle ne sera qu’une simple formalité du moment que le Parlement (Sénat et Assemblée nationale) est dominé par le duo le FLN et le RND, favorables à un cinquième mandat. La nouvelle mouture de la Constitution, devrait entrer en vigueur e plutôt possible, mais le président Bouteflika pour des raisons évidemment tactiques, veut prendre les choses par le flanc, pour mettre en orbite, le dauphin constitutionnel qu’il s’est choisi. Le second scénario possible, le pouvoir prévoit dans ces dispositions la nomination, par décret présidentiel, d’un vice-président de la République de la république. Ce premier vice-président du pays sera donc exceptionnellement nommé par le chef de l’État les semaines à venir, avant de figurer sur la liste-ticket -c’est possible- en même temps que le candidat lors de la prochaine élection présidentielle. Avec son statut, il sera donc dans la position de juge et partie puisqu’il pourra se présenter à l’élection présidentielle qui sera organisée sous son leadership. L’Exécutif devrait bien être bicéphale : un président, un vice-président qui cumuler avec celui de Premier ministre. Le vice-président, lui, dorénavant deuxième personnalité de l’État car succédant au président en cas de vacance du pouvoir, devrait assumer plusieurs prérogatives, et se voir confier des missions plus ou moins ponctuelles par le Président.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Levée de l’immunité pour sept parlementaires

La Cour constitutionnelle a pris la décision de lever...

Attaf effectue une visite de travail à New York

Chargé par le président de la République, M. Abdelmadjid...

Le président Tebboune reçoit le président sahraoui

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a...

L’APN prend part aux travaux de l’APCE à Strasbourg

L'Assemblée populaire nationale (APN) prendra part aux travaux à...