Taxe tunisienne sur les camions: Alger va-t-il appliquer la réciprocité?

Date:

La taxe sur l’entrée des transporteurs sur le territoire tunisien est en vigueur depuis dimanche 3 juin dernier. D’un montant de 200 dinars tunisiens ou l’équivalent de 66 euros; l’équivalent de 14 000 dinars algériens (101 euros), elle est applicable aux camions, remorques, unités de charges et conteneurs qui passent les frontières maritimes ou terrestres.Cette taxe ne touche pas pour autant les véhicules de tourisme, comme cela a été annoncé en 2017, avant la suppression de la taxe sur protestation d’Alger. Après quelques protestations aux frontières, le 6 juin passé , le consul d’Algérie en Tunisie a réagi officiellement en demandant des explications au ministre tunisien des Affaires étrangères. Selon Abdelkader Hadjar, « le parlement tunisien, dans un souci de protéger la production locale tunisienne, a décidé d’insérer la nouvelle taxe dans le nouvelle loi de Finances. »  Chokri Letaief, vice-ambassadeur de Tunisie à Alger, explique qu’ « il ne s’agit nullement d’une taxe.

Ce sont les frais de service douanier qui ne concernent pas les voitures et les bus touristiques. C’est une somme à payer pour les camions de marchandises qui devront passer au scanner. » La taxe s’étendra à tous les véhicules commerciaux arrivant en Tunisie, quelque soit leur nationalité, précise la même source.

Il y a lieu d’indiquer que cette affaire de taxation rappelle une autre taxe celle  du «  timbre de solidarité instauré » en octobre 2014 par la Tunisie dans le cadre du train de mesures d’urgences pour soutenir les professionnels du secteur touristique. Instauré en octobre 2014 par la Tunisie avec le train de mesures d’urgences prises pour soutenir les professionnels du secteur touristique. Elle avait été supprimée en août 2015. Le gouvernement tunisien l’avait ressuscité donc durant l’été 2016 sous la forme d’une taxe pour les véhicules étrangers (dont les Algériens) sortant du territoire tunisien. Avant, quelques mois plus tard, et face à la menace d’Alger de créer une taxe identique pour les Tunisiens venant en Algérie, d’en exonérer les Algériens, le plus gros contingent de touristes en Tunisie avec 1,5 million de visiteurs annuels.  La Tunisie protège son économie par tous les moyens y compris par des subterfuges ; alors que l’économie nationale se voit prise en otage par les flux d’importations sans droits de douanes. Et certains lobbys continuent de défendre le démantèlement des frontières algériennes ? Alors cette autre taxe sanctionnant les camions algériens sera-t- elle maintenue par Tunis ?  Dans le cas contraire, Alger va-t-il appliquer le principe de la réciprocité ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Les Etats-Unis mettent leur veto à l’admission de la Palestine comme Etat membre de plein droit à l’ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU a refusé jeudi...

Algérie-Otan : Le Général d’Armée Saïd Chanegriha reçoit l’Amiral Rob Bauer

Le Général d’Armée Saïd Chanegriha, Chef d'Etat-major de l'Armée...

UNRWA : L’Algérie apporte une contribution financière exceptionnelle d’une valeur de 15 millions USD

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté...

Arkab : Elaboration d’un modèle énergétique national à vision prospective

Le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab,...