Interdiction d’entrée du journaliste Farid Alilat en Algérie : Les explications de Laagab

Date:

Le ministre de la Communication Mohamed Laagab a déclaré, jeudi à Oran, que l’interdiction d’entrée du journaliste Farid Alilat en Algérie n’est pas liée à sa qualité de citoyen algérien, mais concerne le média où il exerce, Jeune Afrique, qui a pris des positions « inamicales » envers l’Algérie.

A l’issue de la visite qu’il a effectuée à certains établissements relevant de son secteur à Oran, le ministre a indiqué en réponse à une question d’un journaliste que « Farid Alilat est le bienvenu en Algérie comme citoyen algérien. Cependant, le magazine où il exerce n’est pas le bienvenu et en cas de changement de sa position, il sera bien accueilli ».

M. Laagab a souligné que l’Algérie « n’a pas expulsé et n’expulsera aucun de ses enfants. A une époque où les pays n’étaient pas en mesure de rapatrier leurs enfants, durant la pandémie sanitaire, l’Algérie a déployé des efforts considérables pour rapatrier tous ses enfants de diverses régions du monde et transférer gratuitement d’autres communautés arabes ».

« Des pouvoirs publics pareils n’abandonnent jamais leurs enfants et la question ne le concerne pas en tant que citoyen algérien, mais plutôt le magazine Jeune Afrique où il exerce, qui a adopté des positions éditoriales hostiles à l’égard de l’Algérie. Ce média publie tantôt des informations incorrectes tantôt des informations exagérées, et n’évoque jamais tout ce qui est positif en Algérie », a-t-il souligné, selon l’APS.

« Farid Alilat est un citoyen algérien, mais en même temps il est journaliste dans un magazine indésirable, et lorsque ce média profite de sa nationalité algérienne et s’immisce de manière sournoise dans l’exercice du travail journalistique, cela est inacceptable », a souligné le ministre, qui a expliqué que « séparer les deux est difficile, mais en tant qu’algérien, il est le bienvenu. Il exerce un travail journalistique pour son média, qui a choisit de prendre des positions hostiles à l’Algérie et ceci est intolérable ».

Le ministre a ajouté « que nous avons environ 56 correspondants de 36 établissements médiatiques étrangers représentant 18 pays, et dans le cadre de la parution de différents textes d’application des nouvelles lois sur l’information, les portes restent ouvertes aux médias étrangers désirant désigner des correspondants en Algérie ou d’ouvrir des bureaux, dans le cadre de la loi algérienne et le respect mutuel ».

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Projet de loi sur assurances, saison estivale, fibre optique : les instructions du président Tebboune

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a présidé,...

L’Etat consacre annuellement 32 milliards DA pour couvrir les dépenses liées aux risques majeurs

L'Algérie qui fait face à 18 types de risques...

Saïd Chanegriha en visite de travail à la 2ème Région militaire

Le Général d'Armée Saïd Chanegriha, Chef d'Etat-major de l'Armée...

Boughali assiste aux funérailles du président iranien

Chargé par le président de la République, M. Abdelmadjid...