Quel avenir pour Danone en Algérie ?

Date:

La multinationale française Danone ne semble plus réunir les conditions lui permettant de durer plus longtemps en Algérie, notamment après les nombreux scandales signalés.

 A l’origine de la fermeture de plusieurs sociétés spécialisées dans les dérivés de produits laitiers, à l’image de Djurdjura et Trèfle pour tenter de régner sur le marché algérien, Danone est en plein crise après les quatre plaintes déposées à son encontre par la société Palmanova de Constantine suite à la rupture d’un contrat qu’elle n’a pas honoré.

 Pire, elle a contraint cette société à supprimer sa marque au profit de la marque Danone et  de renouveler toutes les installations comme accord dans le contrat pour se retirer après sans aucun avertissement.

 La Société Palmanova vient d’ailleurs d’avoir une réponse favorable de la justice pour la désignation d’un expert qui aura pour charge d’évaluer les pertes causées par Danone.

 La plainte en pénale vient aussi d’être enregistrée. Danone qui est d’ailleurs un sujet de contestation au Maroc d’où on appelle à sa fermeture semble, en effet, vivre son dernier quart d’heure dans le pays qui lui a pourtant ouvert ses portes.

 L’ex- partenaire de Palmanova, avait déclaré son PDG Lotfi Suilah  « a usé de toutes les ruses pour le pousser à faire faillite, a utilisé un stylo pour changer des chiffres et des dates sur le contrat convenu entre les deux parties. Les documents falsifiés sont entre les mains de la justice ».

 Non seulement la société n’a pas respecté ses engagements, mais ne manquera pas de porter un grand préjudice a sa propre marque en adoptant un comportement aussi vil.

 Surtout avait souligné le PGG de Palmanova qu’il avait fait objet de chantage lors d’un entretien téléphonique qui aura duré 35 minutes avec toutes les preuves.

 Son interlocuteur a-t-il souligné, présentait des services avec un nouveau partenariat avec le groupe français Bel, en échange, il retire ses quatre plaintes dont deux en pénal et deux autres en commercial.

 Quelle idée de mettre à la tête d’une multinationale un responsable qui ose afficher des attitudes abjectes ? En tout état de cause les signes d’un départ proche ne sont plus a écartés. Ceci est d’autant vrai que les autorités au plus haut niveau de l’état ont décidé d’enquêter sérieusement sur cette multinationale qui a mis sur le carreau des milliers de milliers d’employés dans un pays en construction.     

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Merad évoque la création des mini-zones d’activités au niveau communal

Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de...

Arkab reçoit une délégation de la société américaine Chevron

Le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab,...

Arkab s’exprime sur la récupération de Fertial par Sonatrach

Le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab...