Ultimate magazine theme for WordPress.

Bouira : Imposante marche post Ramadhan

69

La population de la wilaya de Bouira est sortie ce vendredi après-midi, dans  sa 16ème manifestation. Affirmatif, la marche a été de de plus en plus grandiose que celle du vendredi dernier.

La grande foule a  convergé vers le point de jonction qui est la grande esplanade de la maison de la culture Ali Zamoum, pour donner le coup d’envoi de la grande marche du vendredi. Plusieurs revendications ont été portées sur les pancartes brandies par l’impressionnante foule. « Une Algérie riche, un peuple apauvri », « FLN dégage, Bensalah dégage, Bedoui dégage », « Y’en a marre de ce pouvoir », « Makache intikhabates maâ hokm el îssabates (Il n’y aura pas de vote sous l’autorité d’un gouvernement de dupes », « Libérez les détenus d’opinion »  et « Abrogez les lois liberticides ».

Tout en prenant l’itinéraire de la place des martyrs, les manifestants ont redoublé de clameurs en scandant plus fort encore leurs illustres slogans « Yetnahaw gaâ (qu’ils partent tous) » et « El Djazaîr Djemhouria machi mamlaka (l’Algérie est une République et non une monarchie) », « Ayouha El Khawana El Djazaîr Amana ( Bandes de traitres l’Algérie est une ) » Nous avons remarqué également que les sièges des partis FLN et RND ont été conspués aux cris de « Partis traitres », «  RND dégage », « FLN au musée » et « L’histoire vous jugera » Les protestataires tout en continuant leur longue déplacement, qui a fait pratiquement le tour de la ville à des kilomètres à la ronde, accentuaient à gorges déployées d’autres proclamations de « klitou lebled ya essarakine (vous avez ruiné le pays bandes de voleurs) » et « Non  à la dictature » Les manifestants ont parcouru le prolongement des grandes artères de la ville, en brandissant des pancartes portant des slogans anti système.

Des manifestants ont tenu à nous formuler que « Malgré le travail de sape déployé par des mercenaires rompus aux coups perfides, dans le but de casser le mouvement populaire, ce dernier grandi en popularité et en estime. Il faut qu’ils sachent que, lutter contre la justesse de nos revendications qui sont éminemment souveraines, n’est qu’une vaine épreuve si misérable » Les manifestants ont défendu qu’ils sont plus déterminés que jamais à maintenir la mobilisation pour la concrétisation des libertés essentielles longtemps confisquées.

D’autres protestataires ont tenu à déclarer que « Nous sommes pour une Algérie ou règnera un état de Droit, et où toutes les libertés fondamentales seront respectées. Ou la considération des minorités sera une conviction absolue et non un vain mot. Contrairement à ce qu’e l’on vit aujourd’hui, ou nous constatons différents dépassements, dont l’atteinte à la dignité humaine »