Ultimate magazine theme for WordPress.

Inerga, une filiale de Sonelgaz, impliquée dans une affaire de corruption en Italie

148

Un nouveau scandale de corruption vient d’être dévoilé en Italie, dont l’auteur n’est autre que Une filiale de la Société nationale d’électricité et du gaz (Sonelgaz) serait impliquée dans une affaire de corruption. Il s’agit de « l’Inerga », qui est poursuit par la parquet italien d’Udine d’avoir reçu des pots-de-vin du directeur de la société italienne « Polisio », rapporte ce mercredi 9 janvier Echoroukonline.

Le media cite une correspondance adressée le 8 aout 2018, au PDg d’Inerga, en l’occurrence “Y.Dj”, selon laquelle « la défense du directeur de l’entreprise italienne Polisio, Dr «  D.R » dont le Dr «R» a indiqué que des enquêtes étaient en cours en Italie au sujet de l’accusation de son client pour corruption internationale dans le cadre de l’appel d’offre international n° 122/2013/DA du 15 décembre 2013 et de l’appel d’offre n°61/2014/DA du 30 septembre 2014 lancés par l’entreprise Inerga et attribués à la SPA italienne Polisio, dont le Dr «R» était alors le directeur général », précise le media ajoutant que selon le document il est demandé au PDG d’Inegra des informations sur ces marchés qui font l’objet d’une enquête et de fournir un
certain nombre de documents pouvant servir la défense du directeur de Polisio dans le cadre de cette affaire.

Selon le contenu du document, « le parquet avait accusé l’entreprise polisio d’avoir versé des pots-de-vin au Directeur général d’Inerga « H.R », précisant que le ministère public s’était appuyé sur cette hypothèse pour charger le directeur général de Polisio « D.R » ».

Cependant, le directeur d’Inerga ne faisait pas partie de la commission d’ouverture des plis et d’évaluation des offres. A ce titre, il est demandé à la filiale de la Sonelgaz, l’Inerga, la liste nominative des « membres composant de la commission d’évaluation des offres » ayant trait aux appels d’offre lancés par l’entreprise algérienne Inerga, précise le media .

Dans le cadre de cette affaire, le bureau de la défense exige également de lui faire parvenir des documents sur le rôle précis du directeur de l’Inerga « H.R» concernant les deux appels d’offre en question.