Ultimate magazine theme for WordPress.

Affaire des 31 crânes de résistants algériens La partie française joue la montre

39

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni a indiqué ce lundi que la commission technique algérienne composée d’experts et de spécialistes «poursuit son travail» pour identifier les cranes des martyrs de la résistance populaire conservés au Musée de l’Homme à Paris pour les restituer à l’Algérie, précisant que 31 cranes ont déjà été identifiés.

Zitouni a précisé que l’opération d’identification des cranes des martyrs des révolutions populaires conservés au Musée de Paris «exige beaucoup de temps vu leur nombre très importantCette commission poursuit son travail. Elle s’est déplacée à deux reprises pour identifier ces cranes conservés au Musée depuis plus de 150 ans», a fait savoir M. Zitouni, précisant que «31 cranes ont été identifiés jusque là et la commission se réunira prochainement avec la partie française pour poursuivre  son travail dans ce cadre. Les crimes perpétrés contre les Algériens durant l’ère coloniale ne peuvent être ignorés ou oubliés et sont imprescriptibles, ce qui exige un travail avec tous les autres secteurs concernés pour préserver la mémoire de la Nation au profit des générations montantes», a précisé le ministre. 

Dans ce cadre, il a rappelé les négociations en cours entre l’Algérie et la France via la commission chargée du dossier des archives œuvre actuellement avec les responsables des archives en France à «trouver une solution à cette question».

La récupération des crânes des résistants algériens, «avance péniblement face aux résistances bureaucratiques françaises», à en croire le ministre des Moudjahidines.

Il a indiqué qu’une commission d’experts s’est déplacée récemment à Paris, à l’effet de procéder, avec leur homologue français, à l’identification de ces crânes : «A ce jours, 31 crânes sont déjà identifiés et l’opération de poursuivra», a expliqué Tayeb Zitouni, concédant cependant  que le processus n’est pas exempt d’embûches, du côté français : «Ce qui pèse aussi sur les relations c’est l’éternel dossier de la mémoire, l’accès aux archives de la révolution et l’indemnisations des victimes des essais nucléaires ainsi que la décontamination de l’environnement», renchérit  Messaoud Zitouni.