Ultimate magazine theme for WordPress.

Célébration de Yennayer 2969 à Tizi-Ouzou : le wali donne le coup d’envoi des festivités

82

C’est en présence d’un public nombreux et de nombreuses personnalités du monde politique, culturel, universitaire et intellectuel que le wali de Tizi-Ouzou, Abdelhakim Chatter, a donné aujourd’hui, dans la matinée, dans l’espace de la maison de la culture Mouloud Mammeri le coup d’envoi des festivités marquant la célébration de Yennayer 2969 et se rapportant à l’année 2019 selon le calendrier grégorien.

Pour cette circonstance, Abdelhakim Chatter a fait le tour d’horizon sur la grande dimension de Yennayer et au même temps a réitéré son principe d’officialisation. C’est dans ce même contexte que le wali a fait un clin d’œil au Président de la république, Abdelaziz Bouteflika, puisque c’est lui qui a signé l’officialisation de la célébration de Yennayer et en décrétant la journée du 12 janvier, soit le jour même de Yennayer, comme journée chômée et payée.

Concernant les festivités concernant le nouvel an amazigh lesquelles s’étaleront jusqu’à la journée du 13 du mois en cours en cours, elles sont riches et variées. Il y va des spectacles jusqu’aux conférences via les expositions et autres manifestations en corrélation intimes avec les us et coutumes amazighes remontant à plusieurs siècles.

Pour la journée d’hier, soit à l’occasion de l’inauguration de cette fête de Yennayer, le programme a porté sur une multitude d’expositions dans l’espace même de l’institution culturelle baptisée au nom de l’intellectuel Mouloud Mammeri.

En effet, dans le hall d’entrée, l’exposition a porté sur des tableaux de peinture, les ustensiles de cuisine amazighe remontant à une époque lointain, mais l’usage a perduré jusqu’aux années 1970 notamment dans les campagnes algériennes. Sur une table, une dame a proposé à la dégustation et à la vente des gâteux et différents pains traditionnels.

Plus loin, dans la galerie principale, l’exposition a porté sur les habits amazighs dont principalement le burnous, la robe et le tapis. Dans la deuxième galerie, laquelle se situe à gauche de la principale, ce sont les livres et autres objets artisanaux qui ont fait l’objet d’une exposition et d’une proposition à la vente.

La lecture proposée répondait à tous les goûts littéraires. Il y allait de simples contes anciens jusqu’aux ouvrages littéraires modernes. Notons enfin que le public, nombreux et composé des deux sexes, a manifesté un engouement indiscutable pour cette manifestation.