La polémique enfle entre L’ONDA et le compositeur Lotfi Attar

Saïd Farhi Le


La polémique enfle entre l'artiste et l'ONDA

L'interprète et compositeur Lotfi Attar perçoit ses «droits d'arrangeur» de la chanson Ya Zina Diri Latay, chanson relevant du domaine public et empruntée pour des spots publicitaires, a indiqué ce mardi  l'Office national des droits d'auteur et droits voisins (Onda) dans un communiqué publié mardi.

L'interprète de Ya Zina, chant féminin populaire à Sidi Bel Abbes, avait annoncé qu'il allait engager des poursuites judiciaires pour le «recouvrement de ses droits de compositeur» de cette œuvre musicale. L'ONDA affirme encore, dans sa réponse au compositeur Lotfi Attar, que le concepteur du spot publicitaire, diffusé sur des chaines de télévision algériennes a «réorchestré» uniquement la composition musicale sans les arrangements apportés par le célèbre compositeur à «Ya Zina» chanson reprise par le groupe de Raina Rai en 1983 : «La réclamation de redevances sur les spots publicitaires nécessitent un traitement sur droit exclusif par  rapport au droit moral», note l'Office qui dit avoir demandé «l'autorisation de tous les ayants droits y compris le (s) interprète (s) dans le cas où les concepteurs des spots utilisent l'œuvre avec les arrangements» de Lotfi Attar, membre de l'ONDA depuis 1994, selon l'office. Lotfi Attar avait déclaré à l'APS qu'il était le compositeur de Zina Diri Latay et réclamait de ce fait «l’accès à ses droits
d’arrangements musicaux (qu' il) n'a jamais perçus». Le musicien du célèbre groupe Raïna Raï rappelle qu'il avait déposé en 1993 un dossier auprès de l’Office pour revendiquer sa qualité de compositeur de Ya Zina, une chanson dont les paroles, reconnaît-il lui-même, appartiennent au domaine public. Le compositeur et guitariste de Raina Rai, Lotfi Attar, a indiqué qu’il compte ester en justice l'Office national des droits d'auteurs et droits voisins (ONDA) pour le recouvrement de ses droits d'auteur de compositeur de la musique du tube Zina Diri Latay et Hagda. «Un collectif d'avocats s'est porté volontaire pour prendre en charge la défense de mes droits devant une juridiction compétente, pour que l'ONDA me verse mes droits et ce, au titre de la loi», a-t-il précisé lors d'un entretien téléphonique avec l'APS.

«Zina Diri Latay, chant de femmes et qui relève du patrimoine culturel de la région de Sidi-Bel Abbes, dont j'ai créé la musique, est empruntée sans mon consentement pour des spots publicitaires, une fois pour une boisson gazeuse d'une multinationale très connue et une fois pour les besoins d'une publicité d'une marque d'huile, télédiffusés sur des chaines de télévision dans le pays», a-t-il ajouté. «En 1993, j'ai procédé au dépôt d'un dossier auprès de l'ONDA ou je mentionne que les paroles de cette célèbre chanson sont du domaine public, tandis que la musique est de ma propre création, ce qui me permet l'accès à mes droits d'arrangements musicaux de cette chanson, que je n'ai pas perçus à ce jour».Le cas est le même pour la chanson Hagda, écrite par l'autre membre de Raina Rai, l'artiste Hachemi Djellouli et «dont la composition et les arrangements musicaux sont les miens», signale Lotfi Attar, lors du même entretien : «Je veux uniquement recouvrer mes droits de compositeur et d'arrangeur musical de ces chanson, et alerter l'opinion publique et les instances concernées sur cette situation de non-droit», a souligné l'artiste.

 


Sur le Meme Thème

Scroll Up