Said Bouhadja persiste et signe: «Le Moudjahid n’a pas peur et ne cède pas aux pressions»

Saïd Farhi Le


Said Bouhadja président de l'APN

La rentrée parlementaire a été illustré cette fois ci par des agitations à nulle autre pareille, ni plus ni moins, à la convoitise des responsabilités parlementaires et aux difficultés qu’éprouvent certains groupes parlementaires à les contenir.

L’express DZ magazine est désormais disponible sur les étals

Car il s’agit bel et bien d’une flétrissure que ces péripéties traversées par le groupe parlementaire du FLN soutenu par soin frère ennemi le RND.

Comme chaque mois d’octobre, cette étape de la rentrée a naturellement été éprouvante pour la plupart des entités partisanes de l’Assemblée nationale. Mais au FLN plus que partout ailleurs, elle se sera illustrée par une intensité voire une férocité d’autant peu honorable qu’elle met en exergue sa facette la moins enviable du microcosme politique et justifie tous les préjugés que celui-ci traîne comme un boulet depuis un certain temps.

Au 15eme jour de la crise institutionnelle caractérisé par un blocage de l’Assemblée nationale, le président de l’Assemblée nationale Said Bouhadja ne veut pas renoncer à son fauteuil et il le fait savoir orbi et urbi : «Je dis à ceux qui veulent me faire peur que le Moudjahid n’a pas peur et ne cède pas aux pressions» écrit-il sur sa page Facebook lundi soir. Et à Bouhadja d’ajouter : «moi je suis propre et je suis un homme d’Etat et j’applique la politique de l’Etat».

A propos de sa gestion de l’APN il écrit qu’il a instauré une «austérité (en) un instrument de sa gestion. J’ai délégué des compétences financières au directeur de l’administration générale, de façon à m’éviter des accusations et tentatives d’atteintes à ma réputation et à mon histoire de moudjahid», conclut-il.

Le président de l’APN continue néanmoins de recevoir des soutiens de la part de la famille révolutionnaire. Ainsi l’Association nationale des anciens condamnés à mort 1954-1962 a apporté ce mardi son soutien à Saïd Bouhadja :« Nous les anciens condamnés à mort, chahids vivants, purs et durs produits du pur et dur FLN qui a libéré le pays, déclarons ici, notre ferme soutien au frère Saïd Bouhadja», écrit l’association dans un communiqué signé par le président Mostefa Boudina. L’Association dénonce notamment «le complot visant à le classer [sic] comme un vulgaire individu de la présidence de l’APN». Les responsables de ce complot «n’ont eu ni respect à l’homme, ni à sa fonction, ni à son passé, ni aux lois de la république», affirme l’Association, qui ajoute que ces responsables «ont provoqué une grave crise qui a débouché sur le blocage de l’APN». L’Association lance également un appel aux députés de l’APN : «Ce que nous attendons de vous, c’est plutôt l’ouverture des enquêtes sur les dossiers de la corruption, des détournements, de la mauvaise gestion et des fuites de capitaux», écrivent les anciens condamnés à mort. 

Jeudi dernier, l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM) avait apporté son soutien au président de l’APN.

Après l’échec de ses premiers plans pour amener le président de l’APN, Saïd Bouhadja, à abdiquer, la direction du FLN s’apprête à jouer sa dernière carte, celle du retrait de la couverture politique qui devrait se traduire par une radiation définitive des effectifs du parti. Le SG du FLN, Djamel Ould-Abbès, s’est réuni avec des députés de son parti, en vue de préparer une réunion du bureau politique prévue aujourd’hui et qui devrait statuer sur le sort de Saïd Bouhadja. Le BP devrait annoncer un retrait de la couverture politique au président de l’APN, lequel retrait devrait préluder à sa comparution devant la commission de discipline du FLN, puis, éventuellement, à son expulsion, en attendant que la décision soit entérinée par le comité central du parti


Sur le Meme Thème

Scroll Up