Un site pour retrouver les disparus algériens pendant la guerre d’Algérie

Date:

Un site « 1 000 autres », pour recenser les algériens disparus en 1957 pendant la guerre d’Alger, a été mis en ligne à l’initiative d’un enseignant d’histoire et membre de l’association Histoire coloniale et postcoloniale, Fabrice Riceputi. Il s’agit à la base de documents découverts en 2017 par ce dernier aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, dans le sud de la France.

1 012 fiches d’Algériens

Animé par les historiens du collectif Histoire coloniale et postcoloniale et l’Association Maurice Audin, ce site dédié à la recherche des disparus de cette période coloniale, opérationnel depuis le 15 septembre, permet ainsi de consulter environ un millier de fiches d’algériens disparues à Alger, cette année-là qui comportent le nom, le prénom, la profession, la date et le lieu d’arrestation.

L’on trouve d’ailleurs des noms de militants et figures emblématiques de la guerre d’Alger tels que : Ali Boumendjel , Djamila Bouhired, Henri Alleg, Maurice Audin….et d’autres.

Consultable sur l’adresse électronique, http://1000autres.org , depuis sa mise en ligne, les animateurs du site ont « reçu une dizaine de réactions de personnes ayant retrouvé un proche parmi leurs fiches », souligne, Fabrice Riceputi, dans un entretien au media Jeune Afrique, précisant que ce projet « peut aider à reconstituer l’Histoire ».

« Nous disposons d’environ 1 012 fiches, dont quelque 850 proviennent des cartons trouvés à Aix-en-Provence. Certaines concernent d’ailleurs des personnalités de premier plan de la lutte indépendantiste, comme celle de Djamila Bouhired. Toutes proviennent d’Alger et portent sur une période allant de mars à octobre 1957(…). Celle de Maurice Audin, par exemple, précise : « en cas de découverte, prévenir son épouse… », a t-il expliqué. Il s’agit en effet, de « documents provenant de la préfecture d’Alger, plus précisément du Service des liaisons nord-africaines. En clair, c’était un outil de surveillance politique des Algériens », note Fabrice Riceputi.

Selon lui, ces fiches de disparus, servait à l’époque « à répondre aux nombreuses personnes se manifestant pour dire qu’un de leur proche avait disparu. Dans plus de 70% des cas environ, les demandes de proches de personnes disparues restaient sans réponse. On trouve des cas dans lesquels l’armée a répondu que l’individu avait été libéré, alors que la presse annonçait dans le même temps son exécution… », ajoute Fabrice Riceputi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

OAIC : baisse des prix des légumineuses à partir de dimanche

L'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) a annoncé, samedi...

L’industrie gazière en Algérie par les chiffres

L'Algérie, qui a accueilli samedi le 7e Sommet des...

Automobiles : début samedi de l’acquittement des vignettes pour 2024

La Direction générale des impôts (DGI) a annoncé que...

Signature d’un accord de partenariat entre le ministère de l’Enseignement supérieur et le CREA

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche...