Guerre d’Algérie : déclaration de Macron reconnaissant la responsabilité de la France dans la mort de Maurice Audin

Nadjoua Dani Le


Le président français Emmanuel Macron

Le président français, Emmanuel Macron a fait, ce jeudi 13 septembre, une déclaration officielle reconnaissant, que Maurice Audin, jeune mathématicien qui travaillait à l’université d’Alger et militait pour l'indépendance algérienne, « disparu » en 1957, était mort sous la torture du fait d’un « système légalement institué » en Algérie par la France.

L’express DZ magazine est désormais disponible sur les étals

La torture pendant la guerre d’Algérie

Dans cette déclaration, qu’il a remis à la veuve de Maurice Audin, Josette , le président Macron qui décidé qu’il était temps que la Nation accomplisse un travail de vérité sur ce sujet « reconnaît, au nom de la République française, que Maurice Audin a été torturé puis exécuté ou torturé à mort par des militaires qui l’avaient arrêté à son domicile » le 11 juin 1957, écrit le président français dans cette déclaration dont le texte à été publié par l’ambassade de France en Algérie.
Macron reconnaît également que si « la mort » d’Audin est, « en dernier ressort, le fait de quelques-uns, alors que la trace du mathématicien et militant communiste, suspecté d’avoir aidé le FLN, était perdue 10 jours après son arrestation. Elle a néanmoins été rendue possible par un système légalement institué, à savoir le système arrestation-détention, mis en place à la faveur des pouvoirs spéciaux qui avaient été confiés par voie légale aux forces armées à cette période », précise le document.

« Il importe que cette histoire soit connue, qu’elle soit regardée avec courage et lucidité. Il en va de l’apaisement et de la sérénité de ceux qu’elle a meurtris, dont elle a bouleversé les destins, tant en Algérie qu’en France », dixit Macron. D’après lui, Une reconnaissance « ne guérira pas leurs maux. Il restera sans doute de l’irréparable en chacun mais une reconnaissance doit pouvoir, symboliquement, délester ceux qui ploient encore sous le poids de ce passé », a-t-il encore soutenu.

Il a également estimé que « les actes de certains individus » ne sauraient peser « sur la conscience » de tous ceux qui « n’en ont pas commis et n’y ont pas souscrit ».

« Il en va aussi de l’honneur de tous les Français qui, civils ou militaires, ont désapprouvé la torture, ne s’y sont pas livrés ou s’y sont soustraits, et qui, aujourd’hui comme hier, refusent d’être assimilés à ceux qui l’ont instituée et pratiquée », ajoute le texte.

Il invite à cet effet, ceux qui ont pu connaître les circonstances de la mort du militant à apporter leurs témoignages. « Les personnes qui ont pu connaître les circonstances de la mort de Maurice Audin sont appelées à s’exprimer librement afin d’apporter leur témoignage et conforter ainsi la vérité », a t-il affirmé.

Ouverture des archives de la guerre d’Algérie


Pour le chef d’Etat français, cette reconnaissance vise notamment à encourager le travail historique sur tous les disparus de la guerre d’Algérie, français et algériens, civils et militaires.

Dans le même sillage, Macron a confirmé l’ouverture des archives sur le sujet des disparus civils et militaires, français et algériens. «
Ce sera un travail énorme mais salutaire. La dérogation est bonne pour tout le monde : Français, Algériens et pieds noirs. Tout le monde a intérêt à connaître la vérité », a-t-il souligné.

Toutefois, le Président Macron souhaite que « toutes les archives de l’Etat qui concernent les disparus de la guerre d’Algérie puissent être librement consultées et qu’une dérogation générale soit instituée en ce sens », a-t-il souligné.

« Ceux qui auraient des documents ou des témoignages à livrer sont appelés à se tourner vers les archives nationales pour participer à cet effort de vérité historique ».

« L’approfondissement de ce travail de vérité doit ouvrir la voie à une meilleure compréhension de notre passé, à une plus grande lucidité sur les blessures de notre histoire, et à une volonté nouvelle de réconciliation des mémoires et des peuples français et algérien », conclut Marcon.


Sur le Meme Thème

Scroll Up