Tunizen

Transfert illicite de devises Une guerre sans merci et sans….tabou

Saïd Ferhi Le


Des sommes astronomiques échappent au contrôle de l'état

Il y aurait entre 1,8 et 2 milliards de dollars de transferts illicites de fonds vers l’étranger annuellement, soit l’équivalent de 1% du Produit intérieur brut (PIB) Selon l’économiste Mahdjoub Bedda, député FLN et aujourd’hui ministre en relation avec le Parlement.

Le ministère des Finances a pris une batterie de mesure, en vigueur depuis 2016, dans le but d’endiguer ce phénomène. L’on peut citer, entre autres, la mise en place d’un groupe de travail chargé du suivi de la situation financière des importateurs au niveau de la Banque d’Algérie, la définition des moyens de contrôle de la surface financière des importateurs ainsi que l’obligation faite aux importateurs de présenter un bilan, un compte des résultats et une déclaration des impôts. Parallèlement, le gouvernement a pris des mesures strictes sur les vols en partance en direction de la Tunisie, du Qatar, des Emirats Arabes Unis et de Turquie, quatre pays ciblés par les trafiquants de tous bords.

Selon un rapport émis par la direction générale de la douane algérienne, chaque année des tentatives de transfert illicite de devises sont mise en échec. Ces tentatives portent sur des montants atteignant 800.000 euros par an et ce rien qu’à travers l’aéroport international Houari Boumediene ce qui a entraîné un état d’urgence pour coincer les contrebandiers de devises.

La mise en place d'un mécanisme commun entre les services de la douane et la police des frontières pour renforcer le contrôle sur certains vols à destination de pays arabes et européens s’est soldé par la découverte de ces opérations de contrebande. Ce nouveau mécanisme de contrôle concerne les employés de nombre de compagnies aériennes telles que les compagnies française, turque, espagnole, tunisienne, émiratie et qatarie. Cela s’explique par la découverte que les réseaux de contrebande de devises ont désormais recours aux vols aériens pour accomplir leurs «affaires».

Pour ce qui est des frontières terrestres, les opérations de contrôle ont été durcies ce qui a permis d’arrêter, il y a quelques jours, un jeune homme ayant sur lui plus de 2 millions d’euros qu’il tentait de faire passer en Tunisie via la ville de Tébessa.

Selon un responsable au ministère des Finances, rien que pour l’année 2015 une somme avoisinant les 370 millions d’euros aurait été transférée frauduleusement vers des banques européennes, arabes ainsi qu’asiatiques. Cette somme a été déboursée dans l’importation de «marchandises usées, ou d’une valeur commerciale nulle». Il s’agit entre autres de vieilles machines industrielles hors d’usage, ou des bric-à-brac qui ne servent qu’à encombrer les ports algériens, vu qu’ils finissent abandonnés par leurs importateurs.

Le phénomène des fuites de capitaux s’est accentué ces derniers mois. Ces fraudeurs se sont précipité à effectuer des opérations avant que les banques n’appliquent les nouvelles restrictions à l’importation, par la réduction des crédits documentaires. En 2015, le ministre du Commerce de l’époque feu Belaib Bekhti avait jeté un pavé dans la mare en déclarant à la radio chaîne III que sur les 60 milliards de dollars d’importations en 2014, 18 milliards de dollars, soit 30%, ont fait l’objet de transferts illicites.

Le gouvernement algérien est très critiquable quant à la transparence financière. Selon le rapport Open Budget Survey 2015 du Think Tank International Budget Partnership, le gouvernement algérien est parmi les moins transparents en matière de gouvernance budgétaire, et occupe la 86ème place dans le classement de la transparence. Un facteur, qui, selon IBP, favorise la fuite des capitaux.

Le phénomène du transfert illégal de fonds vers l’étranger est relancé de plus belle depuis la publication de certains listings de la banque HSBC suisse. Peu avant la publication de ces listes, l’Algérie a été épinglée par l’organisme américain Global Financial Integrity (GFI) qui a indiqué que l’Algérie a enregistré près de 16 milliards de dollars de flux financiers illicites durant la dernière décennie.

Ooredoo Switch


Sur le Meme Thème

Scroll Up