pic pétrolier
L'Algérie détient les 3emes réserves mondiales en gaz de Schiste

«L’exploitation du gaz de schiste ne pourrait pas commencer avant une dizaine d’années», a affirmé jeudi, le Ministre de l’Energie Mustapha Guitouni devant les membres de la commission des finances de l’APN.

Il a expliqué à ce propos que «tout ce qui a été fait à ce jour entrait dans le cadre de l’évaluation des réserves nationales et qu’aucun projet d’exploitation n’a été lancé». En soulignant que «les techniques utilisées en matière d’exploitation du gaz de schiste avaient fait leurs preuves à travers le monde sans présenter de danger pour la nature ou les eaux souterraines».

Abordant l’actualité de son département, le Ministre a assuré à propos des projets de raffineries devant être réalisés à Tiaret et à Hassi Messaoud qui tardent à voir le jour, que «ces projets seront réalisés dans les délais impartis et permettront au pays de cesser l’importation et de s’orienter vers l’exportation du carburant». En relevant que «l’Algérie avait reçu plusieurs offres de pays africains souhaitant d’ores et déjà importer le carburant algérien».

Concernant la consommation locale du carburant, M. Guitouni a indiqué que «l’objectif tracé par le ministère était la reconversion de 500.000 véhicules au gaz de pétrole liquéfié (GPL) à l’horizon 2021», en annonçant «le lancement prochain d’un projet en direction des petites et moyennes entreprises algériennes pour la réalisation de kits GPL et généraliser son installation au niveau des stations de services Naftal».

Il a affirmé au sujet du programme des énergies renouvelables, que «le projet de transition énergétique allait de l’avant», précisant qu’«un projet prévoyant la réalisation de 200 mégawatts d’énergies renouvelables sera bientôt soumis au Gouvernement».

A propos de l’augmentation des prix de l’électricité, Guitouni a estimé qu’«il était impératif d’aller vers les prix réels de cette énergie sans affecter les classes moyennes». «L’augmentation des prix touchera les grands consommateurs, ce qui permettra de généraliser la culture de l’économie d’énergie», a-t-il dit. En assurant toutefois que «les prix de l’électricité dans le secteur agricole continueront à être subventionnés».

En outre, répondant aux préoccupations des membres de la commission des finances liées à la nécessité d’intensifier le raccordement des ménages dans les régions isolées au réseau de gaz naturel, le ministre a fait état d’«un projet global d’évaluation des projets nécessaires dans ce cadre avant la mise en application d’un programme national de raccordement des régions concernées au réseau de gaz naturel».