Ghaza : des dizaines de martyrs et de blessés au 222e jour de l’agression sioniste

Date:

Des dizaines de Palestiniens sont tombés en martyrs et d’autres ont été blessés, dans la nuit de mardi à mercredi, lors de nouveaux bombardements de l’entité sioniste contre diverses zones de la bande de Ghaza, soumise à une agression continue pour le 222e jour consécutif, a rapporté l’agence de presse Wafa.

Au moins dix Palestiniens déplacés sont tombés en martyrs dans un bombardement de l’occupant sioniste ayant visé une clinique affiliée à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) dans le quartier d’Al-Sabra, au sud de la ville de Ghaza, souligne Wafa.

Au nord de la bande de Ghaza, quatre Palestiniens sont tombés en martyrs et d’autres ont été blessés lorsqu’un avion militaire de l’entité sioniste a bombardé une maison dans la ville de Jabalia, ajoute la même source, relevant que les victimes ont été transférées à l’hôpital Kamal Adwan, dans le camp de Jabalia.

Par ailleurs, Cinq Palestiniens, dont une petite fille, sont tombés en martyrs à la suite d’un tir de missile des forces d’occupation ayant ciblé une maison dans le camp de réfugiés de Bureij, dans le centre de la bande de Ghaza.

Dans les quartiers d’Al-Zaytoun, Al-Sabra et Al-Rimal dans la ville de Ghaza, d’intenses bombardements aériens et d’artillerie de l’occupant sioniste ont fait plusieurs blessés.

Au sud-est de la ville de Ghaza, de nouveaux bombardements d’artillerie sur le quartier d’Al-Musalba et aux environs de la rue 8 dans le quartier d’Al-Zaytoun ont fait sept blessés qui sont arrivés à l’hôpital Al-Ahly Al-Arabi « Al-Mamadani ».

Les avions de guerre de l’entité sioniste ont également lancé plusieurs missiles sur la vieille rue de Ghaza, dans la ville de Jabalia, au nord de la bande de Ghaza, tandis que les quartiers d’Al-Salam, d’Al-Jeneina et d’Al-Barazil, à l’est de la ville de Rafah, au sud de l’enclave palestinienne, ont connu des bombardements d’artillerie qui ont provoqué la destruction des maisons et des biens des Palestiniens.

Le bilan de l’agression génocidaire sioniste contre la bande de Ghaza s’est alourdi mardi à 35.173 martyrs et 79.061 blessés, depuis le 7 octobre dernier, ont indiqué, les autorités palestiniennes de la Santé.

Les Palestiniens tombés en martyrs dans la bande de Ghaza sont à 56-60%, voire plus, des femmes et des enfants, selon une estimation statistique onusienne présentée, mardi, sur la base des chiffres du ministère de la Santé dans l’enclave palestinienne.

Sur ces plus de 35.000 martyrs, quelque 25.000 ont été identifiés par le ministère. Il s’agit de « données factuelles », auxquelles s’ajoutent 10.000 martyrs non identifiés, a indiqué Christian Lindmeier, porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), lors d’un point de presse à Genève. Près de 15.000 martyrs sont des enfants et plus de 9.800 sont des femmes.

450.000 personnes ont été déplacées de Rafah vers le sud de Ghaza

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés en Palestine (UNRWA) a rapporté qu’environ 450.000 Ghazaouis ont été déplacés de force de la ville, située à l’extrême sud de la bande de Ghaza sous les ordres d’évacuation sionistes depuis le 6 mai dernier, indique l’agence wafa.

Louise Waterridge, la porte-parole de l’UNRWA, dans un message sur la plateforme X, a indiqué alors qu’elle se trouvait dans l’ouest de Rafah, que les familles palestiniennes s’étaient déplacées le plus à l’ouest possible, où elles avaient maintenant atteint la plage et se sont réveillées aujourd’hui sous les bombardements des navires de l’entité sioniste.

Elle a ajouté que  »la zone intérieure de Rafah est désormais devenue une ville fantôme. Il est difficile de croire que plus d’un million de personnes résidaient ici il y a à peine une semaine ».

Les Nations Unies avaient mis en garde contre  »une catastrophe majeure » si les forces d’occupation sionistes lançaient une attaque directe sur la ville, où se rassemblent environ 1,4 million de personnes, dont la majorité sont des déplacées.

L’UNRWA a indiqué que les rues sont vides à Rafah alors que les familles continuent de fuir en quête de sécurité.

Et d’ajouter que les gens sont constamment confrontés à une fatigue, à la faim et à la peur. Il n’y a pas d’endroit sûr. Un cessez-le-feu immédiat est le seul espoir, estime l’agence onusienne.

L’agence des Nations Unies a ajouté par ailleurs que  »les familles continuent de fuir partout où elles le peuvent, y compris dans les décombres à la recherche de sécurité. Mais il n’y a rien de tel à Ghaza ».

L’UNRWA a également averti que les infrastructures de Khan Younes étaient complètement détruites, avant d’ajouter qu »’il n’y a ni eau, ni électricité, ni assainissement, les personnes déplacées fuyant Rafah retournent dans des zones détruites qui ne sont en aucun cas adaptées à la vie ».

La fermeture des points de passage laisse présager une catastrophe humanitaire et sanitaire

La Société du Croissant-Rouge palestinien a mis en garde, mardi, contre la détérioration des conditions humanitaires et sanitaires dans la bande de Ghaza, en raison de la fermeture continue des points de passage, après que les forces d’occupation sionistes ont pris le contrôle du terminal de Rafah.

L’association a déclaré dans un communiqué que « la fermeture continue des points de passage, en particulier celui de Rafah – la principale source qui alimente l’ensemble de l’enclave – et l’empêchement total par les forces d’occupation de l’entrée de l’aide humanitaire, y compris la nourriture, les médicaments et le carburant, laisse présager une catastrophe humanitaire et sanitaire imminente ».

Et d’ajouter que « l’empêchement par l’occupation de l’aide humanitaire d’entrer dans la bande de Ghaza signifie que la famine est imminente alors que les réserves de nourriture sont sur le point de s’épuiser ».

Le Croissant-Rouge a souligné que « le système de santé risque de s’effondrer si le carburant n’est pas fourni pour les générateurs électriques, les ambulances, les usines de dessalement d’eau, et les réseaux d’assainissement ».

La société de secours palestinienne a appelé la communauté internationale et les institutions humanitaires internationales à « intervenir de toute urgence en faisant pression sur les autorités d’occupation pour qu’elles ouvrent les points de passage, en particulier celui de Rafah, et permettent un flux fluide, durable et adéquat de l’aide humanitaire en permanence et sans conditions ni restrictions ».

La Croix-Rouge ouvre un hôpital de campagne à Rafah

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé, mardi, l’ouverture d’un hôpital de campagne d’une capacité de 60 lits à Rafah, dans le sud de la bande de Ghaza.

Le CICR a déclaré dans un communiqué que l’hôpital de campagne visait à compléter et à soutenir le travail de la Société du Croissant-Rouge palestinien, afin de répondre aux énormes besoins en matière de santé à Ghaza.

L’équipe hospitalière sera composée d’environ 30 travailleurs médicaux qui pourront fournir des soins chirurgicaux d’urgence, des soins de santé maternelle et infantile, des soins néonatals, des services pédiatriques et des services de clinique ambulatoire. Elle aura la capacité d’évaluer, de trier et de traiter un grand nombre de blessés.

Géré par le CICR en coordination avec les sociétés locale et internationale de la Croix-Rouge, cet hôpital de campagne sera en mesure de prodiguer des soins médicaux à environ 200 personnes par jour.

« Aucun patient ne devrait être tué alors qu’il se trouve sur un lit d’hôpital, et aucun médecin, infirmier ou autre professionnel de la santé ne devrait perdre la vie en travaillant à en sauver d’autres », a déclaré le

CICR, appelant à protéger les installations médicales conformément au droit humanitaire international.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 23 des 39 hôpitaux de Ghaza sont actuellement hors service.

20 Palestiniens arrêtés en 24 heures en Cisjordanie

Les forces d’occupation sionistes ont arrêté, dans la nuit de mardi à mercredi, 20 Palestiniens, dont deux enfants et d’anciens prisonniers, dans différents gouvernorats relevant de la Cisjordanie occupée, a indiqué l’agence de presse Wafa.

Les arrestations ont été menées dans les gouvernorats d’El Khalil, Tulkarem, Beit Lehm, Qalqilya et El-Qods, souligne Wafa, qui cite un communiqué commun de la Commission palestinienne des affaires des prisonniers et ex-prisonniers et le Club des prisonniers.

Elles sont accompagnées d’abus, de passages à tabac ainsi que de menaces contre les détenus et leurs familles, sans compter le sabotage et la destruction des maisons des Palestiniens, ajoute la même source.

Le nombre total des arrestations, depuis le 7 octobre, s’est élevé à environ 8.745, souligne également le communiqué, notant que ce total comprend ceux qui ont été arrêtés à leur domicile, aux postes de contrôle militaires ainsi que ceux qui ont été contraints de se rendre sous la pression et ceux qui ont été retenus en otage.

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Les mandats d’arrêt contre les dirigeants sionistes, un « moment historique » pour la justice internationale

Les mandats d'arrêt réclamés lundi par la Cour pénale...

L’entité sioniste persiste dans sa politique de profanation et de judaïsation de la Mosquée Al-Aqsa

L'entité sioniste persiste dans sa politique de profanation et...

Ghaza : le bilan de l’agression sioniste s’élève à 35.647 martyrs

Le bilan de l'agression génocidaire sioniste contre la bande...

Au Conseil de sécurité, l’Algérie exige une enquête internationale sur le génocide sioniste à Ghaza

L'Algérie exige une enquête internationale afin de mettre la...