Hôpitaux de Ghaza : l’ONU réclame une enquête internationale sur des fosses communes

Date:

L’ONU a réclamé mardi une enquête internationale sur les fosses communes découvertes dans les deux principaux hôpitaux de la bande de Ghaza, soulignant la nécessité d’une enquête indépendante face au « climat d’impunité » actuel.

Le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme s’est dit « horrifié » par la destruction du plus grand hôpital de Ghaza, al-Chifa, et du deuxième plus grand établissement hospitalier du territoire palestinien, le complexe médical Nasser de Khan Younès.

Dans un communiqué, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Volker Türk, a demandé que des « enquêtes indépendantes, efficaces et transparentes soient menées ».

« Compte tenu du climat d’impunité qui prévaut, des enquêteurs internationaux devraient être associés à cette démarche », a-t-il estimé.

« Les hôpitaux ont droit à une protection très spéciale en vertu du droit humanitaire international », a-t-il indiqué.

« Et tuer intentionnellement des civils, des détenus et d’autres personnes considérées ‘hors de combat’ est un crime de guerre », a-t-il ajouté.

Mardi, les équipes de secours de Ghaza ont affirmé avoir exhumé en trois jours les corps de 318 martyrs enterrées par les forces d’occupation dans des fosses communes à l’intérieur de l’hôpital Nasser de Khan Younès.

Quant à l’hôpital d’al-Chifa, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait indiqué début avril qu’il avait été réduit à une « coquille vide » jonchée de dépouilles humaines par la dernière agression sioniste contre lui.

Les hôpitaux de la bande de Ghaza ont été durement visés durant l’agression génocidaire sioniste dans le territoire palestinien.

« Les victimes (retrouvées à l’hôpital Nasser) auraient été enterrées profondément dans le sol et recouvertes de déchets », a déclaré lors d’un point de presse une porte-parole du Haut-Commissariat, Ravina Shamdasani, ajoutant que des personnes âgées, des femmes et des blessés figuraient parmi les martyrs Palestiniens. D’autres auraient été « retrouvés les mains liées et sans vêtement ».

Elle a par ailleurs indiqué que le chiffre avancé par l’armée sioniste de quelque 200 personnes tuées lors du dernier assaut contre l’hôpital al-Chifa, entre le 18 mars et début avril, pouvait être « sous-estimé ».

A ce jour, a-t-elle dit, « nous ne pouvons pas corroborer les chiffres exacts » des personnes assassinées dans les deux hôpitaux : « c’est la raison pour laquelle nous insistons sur la nécessité d’enquêtes internationales ».

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Les mandats d’arrêt contre les dirigeants sionistes, un « moment historique » pour la justice internationale

Les mandats d'arrêt réclamés lundi par la Cour pénale...

L’entité sioniste persiste dans sa politique de profanation et de judaïsation de la Mosquée Al-Aqsa

L'entité sioniste persiste dans sa politique de profanation et...

Ghaza : le bilan de l’agression sioniste s’élève à 35.647 martyrs

Le bilan de l'agression génocidaire sioniste contre la bande...

Au Conseil de sécurité, l’Algérie exige une enquête internationale sur le génocide sioniste à Ghaza

L'Algérie exige une enquête internationale afin de mettre la...