Ghaza : le bilan de l’agression sioniste s’alourdit à 32.975 martyrs

Date:

Le bilan de l’agression génocidaire sioniste contre la bande de Ghaza s’est alourdi à 32.975 martyrs et 75. 577 blessés depuis le 7 octobre dernier, ont indiqué mercredi les autorités sanitaires palestiniennes.

Selon cette source, l’armée de l’occupation sioniste a commis 5 massacres contre des familles palestiniennes à Ghaza, au cours des dernières 24 heures, faisant 59 martyrs et 83 blessés.

Un précédent bilan de l’agression sioniste barbare contre Ghaza a fait état de 32.916 martyrs et 75.494 blessés.

La même source a également indiqué qu’un certain nombre de victimes palestiniennes se trouvent encore sous les décombres et sur les routes, et que les forces de l’occupation empêchent les ambulances et les équipes de la Protection civile de leur porter secours.

Depuis le 7 octobre 2023, l’armée sioniste mène une agression sauvage contre l’enclave palestinienne qui a entraîné des destructions massives d’infrastructures en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent.

18,5 milliards de dollars de dégâts à fin janvier

La Banque mondiale a estimé le coût des dommages causés aux infrastructures vitales de la bande de Ghaza, cible d’attaques dévastatrices de l’armée sioniste depuis bientôt six mois, à environ 18,5 milliards de dollars, à la fin du mois de janvier dernier.

Dans un rapport conjoint de la Banque mondiale et des Nations unies rendu public mardi, et préparé avec le soutien financier de l’Union européenne, la Banque mondiale a indiqué que « le coût des dommages causés aux infrastructures vitales à Ghaza entre octobre et janvier est estimé à 18,5 milliards de dollars ».

Elle a noté, dans son évaluation non définitive des dommages, que ce « chiffre représente 97 % de la production économique combinée de la Cisjordanie et de Ghaza pour l’année 2022 ».

L’organisme a déclaré, par ailleurs, que « des dommages structurels ont été causés à tous les secteurs de l’économie » et que « plus de 70 % des coûts estimés résultaient de la destruction des maisons ».

Le rapport conclut que « la part du coût des dommages causés aux infrastructures de services publics telles que l’approvisionnement en eau, la santé et l’éducation est estimée à 19 %, et que la part des bâtiments commerciaux et industriels est évaluée à 9 % ».

La Banque estime aussi que « les 26 millions de tonnes de décombres et de débris à Ghaza causés par la destruction, nécessiteront probablement plusieurs années pour dégager une telle quantité.

Le rapport estime également que plus de la moitié de la population de Ghaza est au bord de la famine et que l’ensemble de la population de la bande « souffre d’une grave insécurité alimentaire et de malnutrition ».

La Banque mondiale écrit, dans son rapport, que 84 % des établissements médicaux de Ghaza ont été soit endommagés, soit détruits, et que 75 % de la population a été déplacée, faisant plus d’un million de personnes sans abri dans toute l’enclave.

176 employés de l’UNRWA tués à Ghaza

Au moins 176 employés de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) ont été tués dans la bande de Ghaza depuis le 7 octobre par l’entité sioniste, a indiqué l’agence onusienne.

Depuis le début de l’agression sioniste contre la bande de Ghaza, « 176 employés de l’UNRWA ont été tués, certains d’entre eux dans l’exercice de leurs fonctions », a déclaré l’agence dans un communiqué publié sur sa page X.

Selon l’organisme humanitaire onusien, plus de travailleurs humanitaires ont été tués dans la bande de Ghaza en six mois que dans n’importe quel autre conflit.

Le commissaire général de l’agence, Philippe Lazzarini, a indiqué le 24 mars que les forces d’occupation sionistes avaient notifié à l’ONU qu’elles n’autoriseraient plus les convois humanitaires de l’agence à pénétrer dans la partie nord de Ghaza.

Le 13 mars, l’UNRWA a indiqué qu’au moins 165 employés avaient été tués depuis le début de l’escalade de l’agression à Ghaza, et que plus de 150 de ses installations avaient subi des dégâts matériels, certaines étant complètement détruites.

L’ONG Save the Children a averti mardi que 346.000 enfants de moins de cinq ans dans la bande de Ghaza étaient exposés à la malnutrition, à la lumière de la détérioration continue des conditions de santé suite au siège sioniste de l’enclave palestinienne.

346.000 enfants de moins de cinq ans exposés au risque de malnutrition

L’organisation internationale a indiqué, dans un communiqué, que « les 346.000 enfants de moins de cinq ans de Ghaza sont les plus exposés au risque de malnutrition, la situation catastrophique dans la bande de Ghaza se détériorant rapidement ».

L’ONG a expliqué que les estimations actuelles indiquent qu’ »un enfant de moins de deux ans sur trois dans le nord de Ghaza souffre d’émaciation, contre un enfant sur six en janvier dernier ».

Elle a indiqué que les enfants souffrant de malnutrition à Ghaza « ne reçoivent pas la nourriture et les soins médicaux dont ils ont besoin pour survivre, compte tenu de l’interdiction du passage de nourriture et de l’effondrement du système de santé ».

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) met en garde en permanence contre les conséquences de l’effondrement du système de santé à Ghaza, conséquence de la guerre sioniste dans la bande de Ghaza depuis plus de six mois.

Depuis le début de leur guerre contre Ghaza le 7 octobre, les forces sionistes ont ciblé des installations médicales et des hôpitaux dans diverses zones de la bande de Ghaza avec des attaques systématiques et continues, provoquant la destruction du système de santé, une catastrophe humanitaire et la détérioration des infrastructures.

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

L’Algérie lance avec 15 autres pays une Déclaration d’engagements communs de l’UNRWA

L'Algérie a lancé, mercredi, avec quinze autres pays d'Afrique,...

Ghaza : le bilan de l’agression sioniste s’élève à 35.709 martyrs

Le bilan de l'agression génocidaire sioniste contre la bande...

Les mandats d’arrêt contre les dirigeants sionistes, un « moment historique » pour la justice internationale

Les mandats d'arrêt réclamés lundi par la Cour pénale...

L’entité sioniste persiste dans sa politique de profanation et de judaïsation de la Mosquée Al-Aqsa

L'entité sioniste persiste dans sa politique de profanation et...