L’Algérie condamne fermement le projet de confiscation des prémices de son Ambassade au Maroc

Date:

L’Algérie a condamné dimanche, « dans les termes les plus énergiques », le projet de confiscation des prémices de l’Ambassade de l’Etat algérien au Maroc, affirmant que le gouvernement algérien « répondra à ces provocations par tous les moyens qu’il jugera appropriés ».

« Le Royaume du Maroc s’est engagé dans une nouvelle phase escalatoire dans ses comportements provocateurs à l’égard de l’Algérie. Ces nouvelles provocations se sont manifestées récemment à travers le projet de confiscation des prémices de l’Ambassade de l’Etat algérien au Maroc », indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger.

L’Algérie considère qu' »il y a là une violation inqualifiable du respect et du devoir de protection à l’égard des représentations diplomatiques d’Etats souverains que sanctuarisent tant le droit que la coutume internationale », ajoute le communiqué, relevant dans ce sens, que « le projet marocain qui s’inscrit en contravention avec les pratiques internationales civilisées déroge gravement aux obligations de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques qui lui imposent de respecter et de protéger les Ambassades sur son territoire quelles que soient les circonstances ».

« L’Algérie condamne cette opération de spoliation caractérisée dans les termes les plus énergiques », souligne le communiqué, affirmant qu' »elle en dénonce, également, avec force l’illégalité et l’incompatibilité avec les devoirs qu’assume tout Etat membre de la communauté internationale avec rigueur et responsabilité ».

« Le Gouvernement algérien répondra à ces provocations par tous les moyens qu’il jugera appropriés »

« Le Gouvernement algérien répondra à ces provocations par tous les moyens qu’il jugera appropriés. De même, il aura recours à toutes les voies et à tous les moyens de droit disponibles, notamment dans le cadre des Nations Unies pour assurer le respect de ses intérêts », conclut le communiqué.

Un décret exécutif, émis par le chef du gouvernement marocain, Aziz Akhenouche le 13 mars dernier, a révélé que les autorités marocaines ont repris possession de terrains situés à Rabat, appartenant à l’État algérien. Cette décision a été justifiée par la nécessité d’étendre le ministère des Affaires Étrangères.

Plus précisément, ces terrains comprennent une parcelle de 919 mètres carrés, une autre de 630 mètres carrés comportant une maison à deux étages, et enfin une troisième d’une superficie de 491 mètres carrés incluant une villa et des annexes, selon les informations rapportées par la presse.

À titre de rappel, les relations entre l’Algérie et le Maroc avaient été rompues en août 2021, l’Algérie accusant son voisin de « comportements hostiles ». Cette rupture avait été suivie de plusieurs mesures, notamment la fermeture de l’espace aérien algérien aux avions marocains, la suspension du gazoduc Maghreb-Europe (GME), et plus récemment, l’interdiction du transit des marchandises importées par l’Algérie par les ports marocains.

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Attaf : la situation tragique à Ghaza en tête des priorités de l’Algérie au Conseil de sécurité

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté...

Début des travaux de la 1ère Réunion consultative entre les dirigeants de l’Algérie, de la Tunisie et de la Libye

Les travaux de la 1ère Réunion consultative regroupant le...

Le président Tebboune réaffirme le soutien constant de l’Algérie à la Tunisie

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a...