Suspension de l’Entité sioniste à l’UA: Une victoire diplomatique pour l’Algérie

Date:

La suspension de la décision accordant à l’Entité sioniste le statut d’observateur au sein de l’Union africaine (UA) est à classer dans le chapitre des victoires diplomatiques algériennes, pays qui a été parmi les premiers à s’opposer à cette décision qui va à l’encontre des principes fondateurs de l’organisation panafricaine.

Depuis le 22 juillet dernier, date à laquelle le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki a décidé d’octroyer le statut d’observateur à l’Entité sioniste au sein de l’UA, l’Algérie et d’autres pays africains dont l’Afrique du sud, s’y sont farouchement opposés. Ils ont surtout attiré l’attention sur le fait que cette décision qui a fait naître des craintes de division au sein de l’UA, ne soit pas conforme aux résolutions précédentes de l’organisation continentale en faveur de la cause palestinienne.

La suspension du statut de l’Entité sioniste a été décidée, ce dimanche, lors du 35e sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA où il a été également convenu de créer un Comité de sept Chefs d’Etat africains pour formuler une recommandation au sommet de l’UA qui demeure saisi de la question.

Ce comité sera composé du président sénégalais Macky Sall, en sa qualité de président en exercice de l’UA, du président de la République Abdelmadjid Tebboune, ainsi que des présidents sud-africain, Cyril Ramaphosa, rwandais, Paul Kagame, nigérian, Muhamadu Bouhari, camerounais, Paul Biya et du président de la RDCongo, Felix Tshisekedi. Le président Macky Sall prendra l’initiative pour le lancement des travaux de ce Comité.

En octobre dernier, le ministre algérien des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, avait révélé que les débats au sein du Conseil exécutif de l’UA ont « mis en évidence une profonde division des Etats membres de l’Union africaine », sur la question.

« Il faut donc espérer que le sommet marquera un sursaut salutaire d’une Afrique digne de son histoire et ne cautionnera pas une cassure irrattrapable », avait-il ajouté.

A l’exception du Maroc, les autres pays à la fois membres de la Ligue arabe et de l’UA ont été contre l’octroi du statut d’observateur à l’Entité sioniste.

Dans ce contexte, l’Algérie avait déploré, en novembre dernier, la position de Rabat qui « a mené une campagne en faveur de ce statut ».

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

FLN, RND, El Bina et Front El Moustakbal forment une alliance politique

Le parti du Front de libération nationale (FLN), le...

Projet de loi sur assurances, saison estivale, fibre optique : les instructions du président Tebboune

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a présidé,...

Rencontre avec le Président de la République : Les partis politiques se félicitent du « dialogue franc et constructif »

Les partis politiques représentés aux Assemblées élues, nationale et...

Clôture de la rencontre du président Tebboune avec les chefs de partis politiques représentatifs aux Assemblées élues

La rencontre du président de la République, M. Abdelmadjid...