Le Canada reconnaît un «génocide» contre les Ouïghours, la Chine proteste

Les députés canadiens ont adopté lundi une motion non contraignante assimilant le traitement réservé par la Chine à sa minorité ouïghoure à «un génocide», provoquant la colère de la Chine, qui l’a qualifiée de «provocation malveillante».

La motion, déposée sur l’initiative des conservateurs (opposition), a été adoptée unanimement à la Chambre des communes par 266 voix sur 338. Elle appelle également le gouvernement de Justin Trudeau à se ranger à cet avis. Les autres députés, notamment les ministres du gouvernement libéral de Justin Trudeau, se sont abstenus.

Cette motion reconnaît que «les Ouïghours en Chine ont été et sont soumis à un génocide».

L’ambassade de Chine au Canada a rejeté dans un communiqué cette motion, «un acte honteux», qualifiant les députés canadiens d’«hypocrites et éhontés» pour avoir eu recours «à l’excuse des droits de la personne pour s’engager dans une manipulation politique au Xinjiang afin de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine».

Pour appuyer leur demande, les députés pointent notamment «l’endoctrinement politique et antireligieux», «le travail forcé» et «la destruction de sites culturels» que subit cette minorité musulmane dans le Xinjiang. 

Un amendement à la motion demandant que les Jeux olympiques d’hiver de Pékin de 2022 soient déplacés si le «génocide» se poursuit a également été adopté. 

Selon des experts étrangers, plus d’un million de Ouïghours sont en détention dans des camps de rééducation politique. Pékin dément et affirme qu’il s’agit de centres de formation professionnelle destinés à les éloigner du terrorisme et du séparatisme après des attentats attribués à des Ouïghours.

Crise sans précédent

«Maintenant, les conservateurs demandent au gouvernement libéral de respecter le Parlement et de reconnaître officiellement qu’un génocide se passe en Chine», a déclaré leur chef, Erin O’Toole, qui, depuis des mois, appelle Ottawa à durcir le ton contre Pékin.

«Le gouvernement du Canada prend toute allégation de génocide extrêmement au sérieux», a réagi dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, rappelant que le Canada privilégiait une approche concertée avec ses alliés sur cette question.

Vendredi, le premier ministre Justin Trudeau a admis que «d’énormes violations des droits de l’homme ont été signalées dans le Xinjiang». 

Il a précisé, à l’issue d’une réunion du G7, que le Canada se concertait avec ses partenaires de la communauté internationale quant à l’utilisation du terme «génocide», déjà employé par l’administration de Donald Trump.

Les relations entre le Canada et la Chine traversent une crise sans précédent depuis les arrestations, fin 2018, de l’ex-diplomate canadien Michael Kovrig et de son compatriote Michael Spavor, accusés d’espionnage, quelques jours après celle d’une cadre de Huawei, Meng Wanzhou, à l’aéroport de Vancouver.

La directrice financière du géant chinois a été arrêtée à la demande de la justice américaine qui veut la juger pour fraude bancaire.