Affaire des bracelets électroniques: Condor hors de cause, selon des documents confidentiels

Accusé d’avoir contracté avec le ministère de la justice, du temps de Tayeb Louh, un contrat « juteux » pour doter des justiciables de bracelets électroniques, le groupe Condor n’est finalement pas concerné par cette affaire.

Certains médias se sont empressés à accuser le groupe Benhamadi d’avoir vendu ces bracelets au ministère de la justice en empochant un gros pactole alors que l’affaire est entre les mains des enquêteurs.

Selon des documents en notre possession, Condor électronics n’a jamais signé de contrats avec le ministère de la justice ni fabriquer des bracelets électroniques pour le compte du département de Tayeb Louh en ce temps là.

Les seuls bracelets fabriqués par Condor, selon les documents dont nous détenons des copies, étaient destinés à des pèlerins Algériens.

Dans un geste de solidarité Condor électronics, en 2016, a fabriqué 500 bracelets offerts gratuitement à l’office du Hadj et Omra pour les donner ensuite à des pèlerins Algériens très souvent vulnérables qui avaient besoin d’être « pistés » afin d’intervenir en cas de besoin.

Grace à cette technologie aucun pèlerin n’est décédé cette année là puisque en activant un simple bouton les secours arrivaient sur place pour secourir le hadji Algérien.

Selon toujours les documents en notre possession, un projet de convention a bel et bien été préparé par l’office du Hadj et Omra pour la fabrication de 10 000 unités par Condor mais le contrat n’a jamais été finalisé alors que le bracelet, fabriqué totalement par des compétences Algériennes dans l’usine de Bordj Bou Arréridj, répondait aux normes internationales.

L’express DZ dispose des copies de tous les emails échangés entre le directeur général de l’office du Hadj et de Omra et les responsables de Condor concernant cette affaire.

La question qu’il faut se poser aujourd’hui c’est de savoir pourquoi certaines parties tentent de faire pression sur la justice pour incriminer le groupe Algérien alors que ce dernier est réellement hors de cause dans cette affaire de bracelet électroniques?