« L’Allemagne n’est pas à vendre », a réagi  le ministre de l’Economie, Peter Altmaier  face aux démarches du président américain Donald Trump qui aurait  tenté de mettre main basse sur le projet  de vaccin contre le nouveau coronavirus développé par le laboratoire allemand CureVac. Selon la presse allemande, le président américain aurait , en effet, offert de grosses  sommes d’argent pour attirer la société allemande CureVac aux États-Unis et obtenir ainsi les droits exclusifs du  vaccin anti-coronavirus et le réserver  en premier lieu aux Américains.  

Le gouvernement allemand a accusé et dénoncé les Etats-Unis de s’adonner  à un jeu dangereux alors que le monde a besoin, en ces moments de péril planétaire , à plus de solidarité , d’entraide et de transparence . « La vente exclusive d’un éventuel vaccin aux États-Unis doit être empêchée par tous les moyens. Le capitalisme a des limites » a souligné, dans ce cadre un Karl Lauterbach, un politicien allemand.  

Djezzy Binatna

Largement relayée par les médias, cette polémique qui  a déjà fait tomber, le directeur général de CureVac , Daniel Menichella qui a été reçu à la Maison Blanche par Donald Trump au début de ce mois, va certainement s’amplifier dans les prochains jours. 

 « Pour être à nouveau clair au sujet du coronavirus : CureVac n’a pas reçu d’offre du gouvernement américain ou d’entités connexes avant, pendant et depuis la réunion de la Task Force à la Maison Blanche le 2 mars » a indiqué dans un démenti le laboratoire cureVac basé à Tübingen (sud-ouest de l’Allemagne).

Mais le gouvernement allemand est catégorique, les Etats-Unis ont bel et bien tenté de faire acquisition du projet de vaccin au profit des Américains. « Nous confirmons le rapport de WELT am Sonntag»  a déclaré à  Reuters un porte-parole du ministère allemand de la santé . 

Le gouvernement allemand a, en outre, fait savoir qu’il fera tout pour que « les vaccins et les substances actives contre le nouveau coronavirus soient  également développés en Allemagne et en Europe »