Les déferlantes populaires qui  ont  mis fin au règne de Bouteflika continuent  à investir les rues  et  à réclamer le changement radical du régime .  Dans de nombreuses  villes du pays,  des dizaines de milliers de manifestants sont sortis, en ce 49e  vendredi du Hirak,  pour faire la piqûre de rappel  au pouvoir et réaffirmer leur volonté de poursuivre la lutte pacifique jusqu’à la concrétisation totale de leur revendications.      

A Alger, la police s’est déployée avec force, dès le matin  dans plusieurs endroits de la capitale, notamment au niveau de la mosquée Er Rahma  et du siège national du RCD jugés comme des points névralgiques de départs des manifestations. La police a, d’ailleurs,  demandé  au RCD, en invoquant les désagréments et attroupements dont il serait l’origine, de réduire l’utilisation de son siège aux seules  affaires administratives.  

Armés de l’emblème national et de l’emblème amazigh,  de photos de chouhadas et de détenus du Hirak, de pancartes portants divers mots d’ordre et autres sommations du génie populaire ,   les manifestants  qui sont descendus aujourd’hui dans les rues , ont exprimé fermement , à travers l’ensemble du territoire national ,leur  détermination à poursuivre leur mouvement  jusqu’à l’avènement  de la nouvelle Algérie, foncièrement juste et démocratique, telle que rêvée par des générations d’Algériens.

Ce 49e acte du Hirak, a carburé, il faut le dire, en un certain sens,  au gaz de schiste.  Que ce soit  Alger,  Tlemcen, Médéa,  Mila, Constantine, Sétif, Bejaia,  Annaba, Guelma, Bouira,  Tlemcen, Jijel,  Chlef, Bordj Bou Arreridj, El Bayadh, Tizi- Ouzou, Mostaganem… les manifestants, à coté des slogans phares portant sur le changement du système,la dilapidation des richesses et la libération des détenus, ont sommé les autorités d’oublier le recours au gaz de schiste.

« Système dégage », « Etat civil non militaire », « Libérer les détenus d’opinion », « Allah Akbar Karim Tabbou », « Nous sommes les fils d’Amirouche »  « Non au gaz de schiste » « Le gaz de schiste un danger pour les Algériens »… tels sont les principaux slogans brandis en ce nouvel acte du Hirak  qui s’est déroulé, hormis les petites tensions et les  interpellations   enregistrées à Alger ,dans une atmosphère pacifique et bon enfant .