Décédé   vendredi  à l’âge de 72 ans, des suites  d’une longue maladie, le chanteur Abderrezak Ghozlane a été inhumé,  dimanche, au cimetière Sidi-Ali  de son village natal  Bouzekout, dans la commune de Bousselam (Sétif). Une foule nombreuse a suivi son enterrement et lui a rendu un ultime hommage.

Né le 11 juillet 1946,  Ghozlane a débuté sa carrière  artistique en 1967 avec un tube dont tous les mélomanes s’en souviennent encore  « a Tomobil ».  Ayant eu son baccalauréat en France en 1966 où sa famille s’est installée depuis les années  cinquante, Ghozlane fait partie de la poignée d’artistes qui ont permis à la chanson kabyle de s’imposer dans les années soixante et soixante-dix. Après avoir enregistré une cinquantaine de chansons traitant de divers sujets, le chanteur s’est soudainement  tu, à tel point que tout le monde le croyait mort.

Revenu au pays , il a vécu presque en ermite  dans son village en se faisant  totalement oublier. Ces derniers mois ,hospitalisé à  Bejaïa,  de nombreuses personnes lui ont rendu visite et ont  commencé à s’intéresser à l’œuvre et à la vie de cet artiste singulier.