L'info c'est ici

Les avocats décident d’une marche nationale

186

L’Union nationale des ordres des avocats (UNOA) a rendu public ce samedi un communiqué dans lequel elle annonce l’organisation d’une marche nationale des robes noires jeudi prochain. L’UNOA a réitéré lors de la réunion de son conseil national son soutien au mouvement populaire. Dans son communiqué, l’UNOA a dénoncé ce qu’elle qualifié d’«entraves à la liberté d’expression» ainsi que «les arrestations subies par les manifestants». Les avocats ont appelé à la libération des détenus d’opinion et ont dénoncé «les obstacles dressés contre les avocats de ces derniers».

L’UNOA a appelé les magistrats de «ne se soumettre qu’à la loi et à leur conscience» dans le traitement des affaires qui se présentent devant eux. Sur un autre plan, les avocats appellent au «retrait de la nouvelle loi sur les hydrocarbures» jusqu’à la constitution d’un gouvernement légitime. La contestation populaire ne s’est pas arrêtée. Elle redouble même d’intensité.

Des milliers de personnes sont sortis, ce samedi, à Kherrata, à l’Est de Bejaia, pour réitérer leur refus de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain. Les manifestants scandent des slogans hostiles au pouvoir et exigent la libération des détenus Lakhdar Bouregaâ, Karim Tabbou et bien d’autres Algériens.

Il faut rappeler que le premier acte de la révolution citoyenne est parti de Kherrata avec la toute première marche le samedi 16 février, devançant la mobilisation nationale du 22 février.

 Par ailleurs  la première manifestation populaire en faveur de la présidentielle a eu lieu ce samedi matin à Blida.  Une foule se s’est rassemblée à Blida pour apporter leur «soutien» à l’Armée et à la présidentielle du 12 décembre prochain.

Enfin, le porte-parole de l’Union démocratique et sociale (UDS), parti non agrée, Karim Tabou, sera présenté le 24 octobre, prochain devant le juge d’instruction du tribunal de Koléa dans le cadre de sa première affaire, a annoncé l’avocate Ourida Lounis.

L’avocate a affirmé que Karim Tabou «tient bien le coup et que son moral est au beau fixe, surtout après avoir pris les nouvelles des marches d’hier 11 octobre». Le président du Front El Moustakbel et candidat à la présidentielle se met à dos le peuple. Abdelaziz Belaid, a déclaré que le mouvement populaire «est devenu le problème après avoir été la solution» lors d’un rassemblement populaire organisé vendredi à Hassi Messaoud dans la wilaya d’Ouargla. Selon lui, l’objectif du hirak «était de renverser ceux qui ont brisé la structure sociale et économique de l’Algérie, et nous l’avons fait» a-t-il ajouté.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept