L'info c'est ici

Le port de Bejaia paralysé par une grève des travailleurs

78

En grève depuis 8 jours, les travailleurs de l’entreprise portuaire de Bejaia (EPB) maintiennent toujours leur mouvement de protestation et exigent la réintégration  immédiate de l’ancien directeur, Réda Benmhidi  limogé, selon eux, de façon arbitraire.

Si pour le  Groupe Serport (Groupe des services portuaire) qui a mis fin aux fonctions du DG, ce limogeage est justifié par les anomalies et faits graves enregistrés dans la gestion de l’entreprise, les employés de leur coté  font entendre un autre son de cloche. Pour eux le directeur démis est  bon gestionnaire et  il  jouit d’un bon comportement.

La nomination le 05 septembre dernier d’un autre directeur général en la personne de Kasmi Halim qui avait occupé plusieurs postes de responsabilités  au niveau de l’entreprise, notamment comme directeur de la gare maritime et  directeur de la logistique, n’a pas eu  l’assentiment des travailleurs qui  ont réclamé dare-dare le retour de leur ancien directeur.

Sur les banderoles accrochées à l’entrée du port, où les travailleurs grévistes  tiennent leurs rassemblements quotidiens, on peut lire « Non à l’injustice ! », «  On demande la réintégration inconditionnelle de notre directeur ! ».

Cette grève illimitée  qui génère de graves pertes à l’entreprise et  par-delà à l’économie du pays est différemment accueillie  sur les réseaux sociaux. S’il y a ceux  qui soutiennent l’action des grévistes et qui qualifient le  limogeage de l’ancien DG de règlement de compte, ils sont aussi nombreux ceux qui jugent que la nomination, la mutation et la destitution d’un directeur ne concernent en rien les employés et leurs syndicats.

« Lors de la nomination  de ce directeur en juin 2018, les employés de l’entreprise ont-ils été consultés ? » s’interroge dans ce cadre l’un des internautes. Au-delà des appréciations des uns et des autres, cette grève  perturbe actuellement de façon manifeste  l’activité du port et une solution doit être trouvée dans les meilleurs délais pour un retour à la normale.

Présentement pour parer aux urgences, la direction de l’entreprise a  annoncé qu’elle se voit obligée de recourir à l’ANEM pour faire face aux contraintes du moment en attendant le dénouement de la crise « Pour des considérations et des intérêts de service public, l’Entreprise portuaire de Bejaïa fera appel à l’ANEM pour des recrutements afin d’assurer le traitement des navires et ce, pour des besoins du service minimum » précise, dans ce cadre un communiqué de la direction de l’entreprise.