L'info c'est ici

Allocation touristique: Les Algériens les plus lésés dans tout le Maghreb

582

Le touriste marocain, tunisien ou algérien désireux de voyager à l’étranger se voit imposer un montant maximal annuel de devises appelé «allocation touristique».

 Chaque pays a plafonné une somme en devises pour chaque citoyen désireux le prendre.  Les Marocains ont droit à une somme équivalente à 3900 euros (45000 Dirhams) par an.

Le citoyen tunisien pourra disposer chaque année  de 6 000 DT (environ 1 730 euros), quand un enfant n’aura droit qu’à 3 000 DT. Là, la législation n’a pas évolué depuis 2016, alors que le dinar s’est beaucoup déprécié par rapport à l’euro.

En Algérie, le citoyen à droit à 105 euros (15.000 DA) par an. Alors que plus de trois millions dont les 2/3 s’apprêtent à plier leurs bagages afin de passer leurs vacances en Tunisie, le reste au Maroc, Turquie, Espagne ou en France; ils doivent se satisfaire d’une allocation touristique de 105 euros seulement contre 15.400 DA.

Cette somme est jugée très insuffisante pour passer une nuitée dans un hôtel respectable. L’allocation touristique accordée aux Algériens est la moins importante au Maghreb. En comparaison, l’allocation touristique annuelle octroyée aux Marocains et Tunisiens se chiffre respectivement à 3500 et 3000 euros. La crise économique, la chute drastique des prix des hydrocarbures et la dépréciation du dinar face au billet européen, sont des facteurs essentiels qui ont causé cette crise au niveau des banques.

Les Algériens désireux  voyager sont obligés de se tourner vers le marché noir pour acheter des devises à des prix vertigineux. D’ailleurs, le taux de l’euro a été fixé, avant-hier, par les colombites 190 DA pour un euro. En une année, le dinar a reculé de plus de 10%. Cette chute libre du dinar est due aux mesures prises par le gouvernement en 2017, lorsque l’État a décidé d’imprimer plus d’argent, dans le cadre de la planche à billets sans aucune contrepartie.