L'info c'est ici

Débit Internet: L’Algérie classé parmi les derniers pays en janvier 2019

91

L’Algérie continue de figurer sur la liste des mauvais pays dans le monde en termes de débit internet fixe et mobile. Selon le dernier classement de Speedtest Global Index, de janvier 2019, l’Algérie se place à la 135ème   position pour une vitesse de 6,19 mbps, sur 137 pays, devancée par le Venezuela et la Palestine et suivie par l’Afghanistan et le Tadjikistan en termes de débit Internet et à la 173ème place pour une vitesse de 4,09 mbps sur 177 pays testés en Internet mobile.

En octobre 2018, faut-il le rappeler, les données de cet organisme de référence avait fait état, d’un recul de deux points pour l’Algérie qui se retrouve, alors, à l’avant-dernière place mondiale sur 130 pays par rapport à la vitesse de la connexion internet fixe, et à la 121e position sur 124 pays testés en internet mobile.

Aussi, en mai 2018, l’Algérie avait occupé la 134ème place (sur 135) du classement des pays par rapport à la rapidité de leur connexion internet fixe, toujours selon les données publiés par le site spécialisé Speedtest. Avec une vitesse établie à 3.86 mégaoctets par seconde (mbps), l’internet fixe en Algérie est la deuxième du monde à peine devant le Venezuela (3.81 mbps).

Face à cette situation, les experts plaident pour la création d’un organisme autonome afin d’asseoir une véritable stratégie du numérique.

Ce sont des centaines de milliards qui partent en fumée à cause de la faiblesse du débit de l’Internet qui ne s’améliore guère. L’Algérie continue donc à occuper le bas des classements sans que les responsables du secteur ne s’en offusquent et s’entêtent à dire tout le contraire, selon certains analystes. Résultat des courses, les investisseurs étrangers hésitent à venir dans un pays pauvre numériquement et les investisseurs locaux n’arrivent jamais à optimiser leurs capacités de production réelles.

Nul ne peut nier que la mauvaise performance des réseaux opérationnels algériens fait fuir les investisseurs ou du moins les faits hésiter surtout pour des projets en relation avec les nouvelles technologies.