Ultimate magazine theme for WordPress.

Hausse des Frais de scolarité pour les étudiants étrangers en France : des universités s’opposent

67

Deux universités du centre-est de la France ont annoncé qu’elles n’appliqueraient pas la hausse controversée des frais d’inscription pour les étudiants non européens, prévue à la rentrée 2019 par le gouvernement français, dont la  mesure a été annoncé en novembre 2018 par le premier ministre, Edouard Philippe.

Afin de permettre au plus grand nombre de poursuivre leurs études en France, « l’Université Lumière Lyon 2 exonérera à la rentrée universitaire 2019/2020 l’ensemble des étudiants étrangers de ces frais complémentaires et leur appliquera uniquement les droits en vigueur pour l’ensemble des étudiants français », a annoncé mardi l’université dans un communiqué.

L’université Lyon 2 considère que « si l’amélioration » de l’accueil des étudiants étrangers « est évidemment une nécessité », « l’augmentation » par contre des droits d’inscription « ne paraît ni pertinente, ni juste », estime l’établissement. Car selon la même source cette hausse « concerne des étudiants parmi les plus fragiles et bat en brèche le principe d’égalité de traitement entre usagers du service public », a-t-elle expliqué.

Idem pour la direction de l’université Clermont Auvergne, qui refuse également d’appliquer cette mesure à la rentrée. C’est la première université en France à annoncer qu’elle n’appliquera pas la hausse pour les hors union européenne.

Actuellement, les étudiants extra-européens en France paient les mêmes droits que les étudiants français ou européens: 170 euros pour une année en licence, 243 euros en master et 380 euros en doctorat. A partir de la rentrée 2019, ils devront s’acquitter de 2.770 euros en licence et 3.770 euros en master et doctorat.