Zineddine Aoudia, de la Fédération des auto-écoles : « Le permis à point est gelé, il n’est pas appliqué jusqu’à présent »

Inès M Le


Zineddine Aoudia, membre du bureau national de la Fédération des auto-écoles (FNAE) revient dans cet entretien sur les problèmes liés à cette activité et l’anarchie qui règne au sein de cette corporation.

L’express DZ magazine est désormais disponible sur les étals

L’Express-DZ : Certains gérants des auto-écoles montent au créneau ces derniers temps. Peut-on connaitre les raisons qui alimentent leur colère ?

MAoudia : Justement vous me donnez l’occasion pour annoncer que la fédération nationale des auto-écoles organise ce samedi, 08 décembre, une assemblée générale, regroupant tous les représentants des wilayas afin de débattre des problèmes rencontrés depuis plusieurs années par les gérants des auto-écoles. Nous allons débattre aussi du cahier des charges, des revendications liées à l’activité des auto-écoles et des propositions de la fédération qui n’ont jusqu’à présents pas été prises en charge par les autorités concernées.

C’est à l’issu de cette assemblée que tout va se décider. Soit d’aller vers une journée de protestation, soit de faire grève, ou de donner encore une fois un délai au ministère des transports. Nous allons d’ailleurs préparer une plate forme des revendications qui sera remise à la tutelle juste après l’assemblée.

Quelles sont les revendications qui sont toujours en suspens ?

Il faut savoir tout d’abor que le ministère a élaboré un programme qui n’a jamais été appliqué. Ce dernier a été élaboré en 2015 suite à des réunions que nous avons eues avec les responsables du ministère où nous avons soumis les propositions de la fédération. Dans ce nouveau programme nous avons proposé au ministère d’unifier les prix, car nous avons constaté que ça devient un business. Chaque auto-école pratique le prix qui l’arrange.

Autre revendication, concerne la durée de la formation où nous avons proposé à ce qu’elle soit ramenée à 55 heures pour chaque candidat. Cette proposition date pourtant de 2008, et elle est parmi les revendications principales de la fédération. Actuellement, le volume horaire est de 30 heures. J’explique. Le volume horaire de ce programme consacre 25 heures aux cours théoriques et 30 heures à la pratique. Notre objectif est de diminuer de 20 à 30% les accidents de la circulation. On a proposé également de diminuer le nombre d’examen par mois à deux au lieu de quatre. On veut aussi que le nombre de candidats soit diminué et que celui qui a un seul véhicule prenne en charge 15 candidats par mois au lieu de 30. Il ne s’agit pas de satisfaire seulement les auto-écoles, comme le prétendes certains, mais de réorganiser l’activité.

Nous n’avons pas cessé d’appeler le ministère à accélérer les choses en espérant que ce sera fait le plus tôt possible afin de le mettre en application.

Autre sujet d’actualité, celui du permis à point. Les opérations pour la généralisation du permis de conduire biométrique à points à l'ensemble du territoire national ont été lancées, a annoncé dernièrement un responsable au ministère de l'Intérieur. Quelle réaction faites-vous à ce sujet ?

Le permis à point est gelé. Il n’est pas appliqué jusqu’à présent. Depuis 2015, les annonces se font ici et là mais rien n’est visible sur le terrain. Pourquoi je dis cela, parce que le permis à point est tributaire d’un fichier national des conducteurs or qu’à notre connaissance, ce fichier n’est pas encore élaboré. Pourtant, le permis à point a plusieurs avantages selon la fédération. Son application va diminuer les accidents de la circulation.


Sur le Meme Thème

Scroll Up