FFS: Un congrès national extraordinaire vendredi pour remettre de l’ordre dans la maison

Date:

 

Le Front des Forces socialistes (FFS) tiendra, vendredi à Alger, un congrès national extraordinaire pour « élire une nouvelle instance présidentielle » conformément à la décision du Conseil national extraordinaire tenu le 9 mars dernier.

« Les statuts adoptés par le 5ème congrès du parti, notamment l’article 48, l’instance présidentielle étant réduite à deux membres, requièrent l’organisation d’un congrès national extraordinaire pour élire une nouvelle instance présidentielle, avec une liste consensuelle de cinq membres comprenant les membres de l’instance présidentielle actuelle, habilitée à convoquer le congrès national ordinaire », souligne la résolution de conseil.

Le Conseil national décide, sur la base des statuts du parti,  »la tenue d’un congrès national extraordinaire le 20 avril prochain, Journée de la démocratie », note la résolution, ajoutant que « conformément aux statuts, la Commission de préparation du congrès national (CPCN) ainsi que le Bureau de ce congrès seront présidés par Mohand Amokrane Cherifi, président du 5ème congrès du parti ».

La liste des membres de la CPCN et la liste des participants à ce congrès « sont identiques à celles qui ont été validées au 5ème congrès en y retirant tous ceux qui ont quitté le parti ou fait l’objet d’une mesure disciplinaire », explique la résolution du FFS.

Ainsi le congrès extraordinaire du FFS va se pencher sur le remplacement des deux anciens membres de l’Instance présidentielle (Rachid Hallet et Saïda Ichalamène), alors que Ali Laskri a décidé de réintégrer son poste au sein de cette instance après avoir annoncé sa démission en février dernier.

La tenue du 6e congrès ordinaire du FFS est prévue durant le premier trimestre 2019.

Le plus vieux des partis de l’opposition Algérienne, est à l’instar des autres partis politiques, secoué par une crise interne depuis de nombreuses années.

Des militants reprochent à la direction du FFS de parachuter des éléments qui n’ont aucun passé politique ni milité pour aucune cause et qui occupent des postes clé au sein du parti.

Des « dissensions » qui ont failli emporter le FFS de feu Ait Ahmed, qui reste, même après son décès, une figure charismatique de la lutte pour la démocratisation de l’Algérie.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Rencontre avec le Président de la République : Les partis politiques se félicitent du « dialogue franc et constructif »

Les partis politiques représentés aux Assemblées élues, nationale et...

Didouche : « plus de 800 projets touristiques en cours de réalisation »

Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Mokhtar Didouche,...

Badani : lancement jeudi de la campagne de pêche au thon rouge

Le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques...

Clôture de la rencontre du président Tebboune avec les chefs de partis politiques représentatifs aux Assemblées élues

La rencontre du président de la République, M. Abdelmadjid...