Présidentielle : le FLN appelle le président Tebboune à briguer un nouveau mandat

Date:

Le parti du Front de libération nationale (FLN) a appelé, jeudi à Alger, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, à se présenter à la Présidentielle du 7 septembre pour briguer un nouveau mandant, et ce, « en reconnaissance des acquis importants réalisés par l’Algérie sous sa direction et dans le cadre de la poursuite du processus de réforme et de développement ».

S’exprimant à l’ouverture des travaux de la 3e session du Comité central (CC) du parti, le Secrétaire général du FLN, Abdelkrim Benmbarek a appelé, selon l’APS, au nom des membres du CC et de tous les militants du parti, le président de la République à « se présenter à l’élection présidentielle du 7 septembre, en reconnaissance du mérite et de la sagesse de ses choix, et des acquis importants réalisés par l’Algérie sous sa direction clairvoyante et dans la cadre de la poursuite du processus de réforme, d’édification et de développement ».

Il a ajouté, dans ce sens, que le nouveau mandat présidentiel constitue « la revendication de notre parti et la demande des citoyens dans les quatre coins de l’Algérie pour consolider la stabilité et poursuivre la marche », soulignant que « cet appel sincère est un gage de loyauté envers le président de la République qui a pris des engagements devant le peuple et les a honorés. C’est pourquoi, nous l’appelons aujourd’hui à poursuivre le processus d’édification de l’Algérie nouvelle à laquelle aspire le peuple ».

Le même responsable a indiqué que ce choix du FLN « est dicté par le résultat du travail accompli par le président de la République depuis décembre 2019 dans tous les domaines », soulignant que l’Algérie « a réussi, grâce à ses choix rationnels, à retrouver sa stabilité à la lumière d’un contexte régional et international de plus en plus complexe et alambiqué ».

« Le succès réalisé par l’Algérie mérite d’être valorisé et consolidé », a-t-il poursuivi, soulignant que « notre pays est, aujourd’hui, fort de la légitimité de son président et de ses institutions constitutionnelles sous-tendues par des règles démocratiques participatives et une souveraineté dans la prise de décision politique ».

Il a rappelé, à cette occasion, l’alliance politique, récemment conclue avec des formations politiques qui partagent avec le FLN « des dénominateurs communs et des objectifs clairs visant à parvenir à un consensus national pour renforcer le front intérieur du pays, protéger les intérêts du peuple, et consolider tous les efforts visant à construire une Algérie forte », appelant les différentes formations politiques à « s’unir pour garantir le succès de la prochaine échéance présidentielle ».

Par ailleurs, et évoquant le génocide commis par l’entité sioniste dans la bande de Ghaza, le SG du FLN a salué la position du président de la République et son soutien au peuple palestinien dans sa lutte contre l’occupation, soulignant « le rôle pionnier de l’Algérie en Conseil de sécurité de l’ONU pour exiger la fin de l’agression contre le peuple palestinien et permettre l’admission de la Palestine à l’ONU en tant qu’Etat membre de plein droit ».

Pour rappel, le président Tebboune a signé mercredi dernier le décret présidentiel portant convocation du corps électoral en prévision de l’élection présidentielle du 7 septembre prochain. Alors que 14 postulants ont retiré les formulaires de souscriptions des signatures individuelles aupres de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), et ce jusqu’à mardi passé. Le président Tebboune n’a pas encore annoncé s’il se porterait candidat ou non pour un nouveau mandat présidentiel.

Outre le FLN, d’autres partis ont déjà a annoncé leur soutien à la candidature d’Abdelmajid Tebboune lors du prochain scrutin. Il s’agit du Mouvement El Bina d’Abdelkader Bengrina, du Rassemenlement national démocratique (RND), du parti El Karama et du Front du militantisme national (FMN).

Plusieurs autres personnalités politiques ont annoncé leur candidature. Zoubida Assoul, présidente de l’Union pour le changement et le progrès (UCP), et Belkacem Sahli, secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), ont déclaré leur participation. Louisa Hanoune, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), sera également en lice, de même qu’Abdelaali Hassani Cherif du Mouvement pour la société et la paix (MSP). Le Front des forces socialistes (FFS) a désigné son premier secrétaire national, Youcef Aouchiche, comme candidat du parti à la présidentielle.

Le processus électoral, encadré par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), impose aux candidats de soumettre leurs dossiers dans les quarante jours suivant la convocation du corps électoral, soit avant la mi-juillet.

Chaque candidat doit fournir soit une liste de 600 signatures d’élus locaux ou nationaux répartis dans au moins 29 wilayas, soit 50 000 signatures d’électeurs inscrits, également réparties sur 29 wilayas avec un minimum de 1 200 signatures par wilaya. Les signatures doivent être recueillies sur des formulaires individuels et légalisées par un officier public. L’ANIE dispose d’un délai de sept jours pour statuer sur la validité des candidatures. En cas de rejet, les candidats peuvent faire appel auprès de la Cour constitutionnelle.

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Présidentielle : dernier délai fixé au 20 août pour les demandes d’accréditation des journalistes de médias étrangers

L'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a rappelé, mardi...

Présidentielle : la Cour constitutionnelle rappelle les modalités de recours en cas de rejet de candidature

La Cour constitutionnelle a rappelé, mardi dans un communiqué,...

Président de la Douma russe : « l’Algérie est un pays ami et un partenaire stratégique »

Le président de la Douma de la Fédération de...

Réunion UA, CER et Mécanismes régionaux : allocution du président Tebboune

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a...