L’Unesco inscrit « la gravure sur métal » au nom de l’Algérie et de neuf autres pays arabes

Date:

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a inscrit mardi lors de la 18e réunion périodique du Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui se tient du 4 au 10 décembre 2023 à Kasane (Botswana),  le dossier de « la gravure sur métal : or, argent et cuivre, savoir faire, arts et pratiques » sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité au nom de l’Algérie et de 9 autres pays arabes, indique un communiqué du ministère de la Culture et des arts, repris par l’APS.

L’Algérie compte, avec le classement de « la gravure sur métal », 10 éléments inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité, à savoir : le chant traditionnel « Ahlil » de Guerrara, le costume nuptial Chedda Tlemcenienne, la célébration du mawlid Ennabaoui « Seboua » de Timimoune, la procession des Ouled Sidi Cheikh, la célébration de Sbiba, la chanson Raï et le système d’irrigation et de distribution d’eau traditionnel « Fougara », en sus de trois éléments en commun avec des Etats limitrophes « l’imzad », le « couscous » et la « calligraphie arabe ».

Le dossier algérien, élaboré par le ministère de la Culture et des Arts, à travers le Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, met en avant le savoir faire, les procédés et techniques artistiques de la gravure sur l’or, l’argent et le cuivre dans les villes algériennes et leurs utilisations en tant qu’éléments incarnant une identité et une mémoire vivante aux dimensions artistiques, artisanales et économiques.

Les métiers de gravure sur métal sont répandus dans plusieurs villes algériennes notamment la gravure sur argent à Tamanrasset, en Kabylie et à Djelfa, sur or à Batna et sur cuivre à Constantine, Blida, Alger et Tlemcen.

Cette inscription « entre dans le cadre des efforts de l’Etat algérien pour la conservation de ces métiers et traditions séculaires, symbolisant l’Algérie, sa culture, son identité et son histoire, en tant que guide identitaire et incarnant la mémoire, les traditions et us », et ce « en soutien à l’action culturelle arabe commune dans le renforcement des composantes et pratiques liées à la culture arabe, outre leur promotion dans la culture et le patrimoine culturel de l’humanité », ajoute la même source.

Ce dossier commun a été inscrit au nom de l’Algérie ainsi que de neuf autres pays arabes notamment la Tunisie, la Libye, la Palestine, la Mauritanie, le Soudan, l’Egypte, l’Arabie Saoudite, l’Irak et le Yémen.

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Hommage à des artistes parmi les pionniers de la chanson raï moderne

L'association culturelle et artistique du "3ème Millénaire" a organisé...

Deuxième Forum du livre : une quinzaine d’inventeurs et de créateurs algériens distingués

Une quinzaine de chercheurs, inventeurs et créateurs algériens, qui,...

Festival de musique symphonique : la Syrie et la Russie animent la soirée de clôture

Le 13e Festival culturel international de musique symphonique (FCIMS)...

« Zawaya », une plateforme électronique dédiée aux productions cinématographiques et télévisuelles

Une nouvelle plateforme électronique consacrée aux productions cinématographiques et...