Le plasticien M’hamed Bouheddadj dévoile l’Exposition « De la préhistoire à l’après histoire »

Date:

Le plasticien M’hammed Bouheddadj a présenté, jeudi à Alger, une exposition de sculpture sur bois, dédiée à la préhistoire et l’évolution humaine, agrémentée d’un grand nombre de peintures dont une collection explorant l’art rupestre algérien.

Accueillie à la galerie Baya du Palais de la culture Moufdi-Zakaria, cette exposition, intitulée « De la préhistoire à l’après histoire », remonte aux premiers balbutiements de l’art universel tout en proposant des sculptures retraçant l’évolution humaine sur quelques périodes charnières avec un choix de bois couleur d’ébène qui plonge d’entrée le visiteur dans l’ambiance du continent africain, berceau de l’humanité.

Les sculptures de M’hammed Bouheddadj aborde la période des chasseurs-cueilleurs avec des œuvres réalistes ou parfois figuratives restituant des fonctions, des tranches de vie supposées, des rituels ou encore des métiers.

Le rapport ininterrompu de l’être humain à la terre nourricière s’illustre dans la sculpture « Offrande » qui représente le travail de transformation des produits de la terre à une période où l’humain devait faire preuve d’une grande ingéniosité pour se nourrir et dépendait complètement du fruit de son travail et des saisons.

Avec de nombreuses autres sculptures, l’artiste explore l’évolution des armes et de la guerre avec des inspirations des guerres de l’antiquité et de l’art rupestre avec des archers, et des soldats avec différentes armes et boucliers pour arriver à l’escrime, devenu une discipline sportive, en passant par des allusions à l’armée régulière typique de l’empire romain.

L’évolution vers ce que l’artiste définit comme « l’après histoire », il la restitue à travers deux œuvres représentant le génie de l’être humain par le choix de la harpe, symbole de raffinement dans l’harmonie sonore, dans la conception et dans l’exécution.

Autour de toutes ces sculptures, l’artiste expose également une cinquantaine de toiles dans différents styles, techniques et recherches artistiques. Cependant, une collection, dédiée à l’art rupestre, attire particulièrement l’œil du visiteur par son universalité, son authenticité et sa profondeur.

L’art rupestre, entre les mains de M’hammed Bouheddadj, exprime la naissance des arts et les toutes premières expressions humaines, à travers une série de toile respirant la terre et finement ciselées de blanc, restituant autant le dessin, la peinture que la gravure qui font du parc du Tassili N’Ajjer à Djanet, le plus grand musée à ciel ouvert du monde et un joyau du patrimoine universel classé à l’Unesco.

Malgré une insuffisance en scénographie, les représentations d’humains, d’animaux et de créatures imaginaires et l’omniprésence de la terre replace l’exposition toute entière dans son contexte africain en remettant l’humanité et son évolution dans son berceau.

Né à Tlemcen en 1948, M’hammed Bouheddadj, qui a toujours « vécu pour l’art et par l’art », comme il aime à le rappeler, expose ses œuvres depuis le début des années 1980 dans de nombreux pays. Le sculpteur et artiste peintre a également ouvert, après de nombreuses années à l’étranger, un atelier et espace d’exposition dans sa ville natale.

L’exposition « De la préhistoire à l’après histoire » est ouverte au public jusqu’au 14 octobre prochain.

APS

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

La fête du bijou d’Ath Yenni rend hommage au fabricant de galons de l’ALN

La 18e édition de la Fête du bijou d'Ath...

Festival de la poterie de Maâtkas : un art et un métier ancestral à préserver

La 11e édition du festival culturel local de la...

Le 6e Festival national du costume traditionnel algérien en juillet à Alger

La 6e édition du Festival culturel national du costume...