Les deux terroristes, Benhamida Rachid dit Hodaifa et Zemmouri Abdelhak dit Elhadj, capturés récemment dans la wilaya de Skikda, ont qualifié l’action armée adoptée par l’organisation terroriste à laquelle ils appartenaient de « projet voué à l’échec », reposant sur de « fatwas faussées » émises par des personnes « qui ne sont pas crédibles ».

Dans des aveux diffusés samedi par la Télévision algérienne, le terroriste Benhamida Rachid, qui a rejoint les groupes armés en 1996 à Boumerdès, a adressé un message aux résidus du terrorisme encore isolés dans les maquis, dans lequel il avance que, d’après son expérience personnelle, « l’action armée est un projet raté et voué à l’échec ».

Et de poursuivre: les fatwas suivies par les jeunes fourvoyés étaient « mal interprétées », et même émises par des personnes « qui ne sont pas crédibles ».

Le terroriste capturé a également dit « regretter » d’avoir emprunté une mauvaise voie et opté pour « le mauvais choix », appelant à éviter cet itinéraire dont la finalité est incertaine.

Dans le même contexte, il a avoué sa participation à des « opérations distinctes dans plusieurs régions », avant de passer à la Katiba « Al-Nour » à Tizi Ouzou jusqu’en 2011, qui avait d’ailleurs ciblé vainement une banque. Il a également participé, dans un groupe terroriste, à l’explosion d’une voiture piégée à proximité d’un commissariat de police dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Il a en outre affirmé s’être déplacé en 2019 dans la région d’El-Ancer (Jijel), puis à Skikda, où le groupe terroriste, dont il fait partie, a souffert d’un « manque d’approvisionnement » et d’un « siège » imposé par l’ANP, lors de la récente opération de ratissage à Skikda qui a permis la neutralisation de sept (7) terroristes et la blessure d’un autre, décédé 10 jours plus tard des suites de ses blessures.

Et d’ajouter que les membres de ce groupe terroriste se trouvaient dans un « état lamentable », ce qui les a amenés à « se rendre, rechercher la sécurité et remettre les armes aux forces de l’Armée » qui, dit-il, les ont traités « convenablement » et leur ont fourni « les soins médicaux, la nourriture et les vêtements nécessaires ».

De son côté, le terroriste Zemmouri Abdelhak, qui a rejoint les groupes terroristes en 2003 dans la région de Boumerdes, a indiqué que les membres de l’ANP ont partagé avec les éléments du groupe terroriste capturés leurs ravitaillements, soigné les blessés et les ont transportés vers leur détachement.

A ce titre, il a adressé un message aux résidus du terrorisme les appelant à ne pas croire les mensonges qui se répandent dans leurs rangs sur le type de traitement qu’ils reçoivent s’ils déposent les armes, soulignant qu’un « bon traitement leur est réservé et que des soins médicaux leur ont été prodigués par les forces de l’ANP ».

Il a reconnu son implication dans nombre d’opérations terroristes dans les wilayas de Boumerdes et Bejaia, avant d’être envoyé, avec d’autres éléments, dans la région de l’Est, où il était actif sous le commandement de l’émir du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), Abdelmalek Droukdel, dit « Aboumoussab Abdelwadoud ».

Il a ajouté que les groupes terroristes de la région de l’Est avaient souffert, depuis 2019, d’un encerclement rigoureux imposé par les forces de ANP, et subi une pression énorme en raison des signalements n’ayant pas permis à leurs membres de rester longtemps dans une seule région.

En raison de cet étau sécuritaire, le groupe terroriste auquel il appartenait avait été contraint de rechercher toutes les sources d’approvisionnement possibles pour survivre, y compris « la collecte du pain jeté ou même le vol du bétail des citoyens », a-t-il dit.

Evoquant l’opération minutieuse de ratissage menée par les forces de l’ANP dans la forêt de Oued Edouar à Skikda qui s’est soldée par l’arrestation des éléments du groupe terroriste, le terroriste capturé a estimé que cette opération était efficace et reposait sur l’élément de surprise, en ce sens que les terroristes n’ont eu d’autre choix que de se rendre après plusieurs jours d’encerclement.

Pour rappel, ces aveux interviennent dans le cadre de la poursuite de la diffusion des aveux exclusifs livrés par les terroristes capturés le 16 mars dernier, par des détachements de l’ANP dans la forêt d’Oued Edouar près de la commune de Beni Zid, Daïra de Collo dans la wilaya de Skikda. L’opération a permis la capture de sept (7) terroristes et la découverte du corps d’un (1) autre terroriste, blessé lors de l’opération menée le 19 février dernier ».