L'industrie militaire génère 25.000 emplois civils
Industrie militaire en Algérie en plein essor

La Direction des fabrications militaires (DFM) au ministère de la Défense Nationale (MDN), qui compte 11 entreprises et 28 filiales dans différents secteurs industriels, emploie plus de 25.000 PCE (personnels civils économiques), a indiqué mercredi à Alger le Général Abdelghani Badaoui, Directeur général du Groupement de promotion de l’Industrie Mécanique (GPIM).

Dans une communication en marge de la Foire de la production algérienne, le Général Badaoui, également responsable au sein de la DFM, a mis en avant le rôle du secteur industriel militaire dans le développement de l’économie nationale, notamment à travers sa participation à la création de postes d’emploi, l’amélioration de certains ratios fiscaux et parafiscaux, la promotion de la qualité du produit local ainsi que le développement de son taux d’intégration à travers la sous-traitance.

M.Badaoui a également mis en exergue, dans sa communication intitulée « la contribution des fabrications militaires dans la diversité du produit national », le rôle de l’Armée nationale populaire (ANP) dans l’établissement d’un partenariat « gagnant -gagnant « pour développer davantage la base industrielle du pays.

Selon ses propos, ce partenariat, adopté dans différents secteurs industriels conformément à la règle 51/49 de la loi de finances 2009 régissant l’investissement étranger en Algérie, a permis de redonner un nouveau souffle à des entreprises défaillantes qui étaient les joyaux de l’industrie nationale dans les années 1970.

« En exécution des instructions du haut commandement, les investissements en partenariat ont concerné d’abord des sites industriels qui étaient fermés ou en voie de l’être », a-t-il expliqué, en citant entre autres, le site de l’industrie automobile de Tiaret (l’ex complexe Fatia ) et celui de Sidi Bel Abbés (l’ex unités FSSE de ENIE).

« Ce programme de partenariat a également profité aux sites en situation économique critique qui subsistaient avec des technologies obsolètes et d’énormes problèmes de stocks (invendus) », a il poursuivi.

Parmi ces complexes qui étaient en difficulté, il a évoqué notamment le complexe du matériel des travaux publics de Ain Smara et l’usine de moteurs-tracteurs de Oued Hamimine, établis à Constantine, le complexe des véhicules industriels de Rouiba en plus des entreprises du secteur des textiles qui étaient en voie de disparition.

« Ces entreprises ont été affiliées à un EPIC du ministère de la Défense nationale et accompagnées d’un programme de mise à niveau leur permettant de s’organiser en filiales avec des partenaires étrangers », a-t-il ajouté.

A rappeler que le MDN participe à la 29e édition de la Foire de la production algérienne, organisée du 13 au 25 décembre à Alger, avec 18 unités de production relevant du Commandement des Forces aériennes, du Commandement des Forces navales, du Département des transmissions, des systèmes d’information et de guerre électronique, de la Direction centrale du matériel, ainsi que de la DFM.

Sillonnant lundi le pavillon des industries militaires lors de l’inauguration de cette foire, le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a estimé que l’industrie militaire constituait une « locomotive » pour les autres industries.