L’ex-chef de l’Etat et ancien président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, est décédé ce mercredi à Alger, a annoncé la Présidence de la République.

Le défunt sera inhumé demain jeudi au cimetière El-Alia d’Alger après la prière d’El-Dohr.

En cette douloureuse circonstance, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a décidé la mise en berne du drapeau national à travers le territoire national, pendant trois jours, à compter de ce mercredi.

Né le 24 novembre 1941 dans la daïra de Felaoucen (wilaya de Tlemcen), Abdelkader Bensalah avait occupé le poste de chef de l’Etat, le 9 avril 2019, conformément aux dispositions de l’article 102 de la Constitution et ce, après la constatation par le Conseil constitutionnel de la vacance définitive de la présidence de la République.

Sa mission de Chef de l’Etat a pris fin après l’élection de Abdelmadjid Tebboune nouveau président de la République le 12 décembre 2019.

Feu Bensalah qui occupait, en parallèle, le poste de président du Conseil de la nation, avait démissionné après la lettre adressée, le 4 janvier 2020, au président Tebboune l’informant de sa volonté de mettre fin à son mandat à la tête de la Chambre haute du Parlement.

L’ex-chef de l’Etat avait entamé sa carrière en tant qu’ambassadeur en 1989, avant de faire son entrée dans le monde politique en contribuant à la création du Rassemblement national démocratique (RND). Il avait entamé son action parlementaire en 1977 en tant que député avant d’être élu président de la commission des relations extérieures puis du Conseil national de transition (CNT), de l’Assemblée populaire nationale (APN) et, enfin, du Conseil de la nation.

Nommé ambassadeur d’Algérie en Arabie saoudite en 1989 et représentant permanent auprès de l’organisation de la Conférence islamique (OCI) à Djeddah, Bensalah avait été rappelé en 1993 pour conduire la commission du dialogue national en charge de l’élaboration de la plateforme de l’entente nationale en vertu de laquelle a été créé le CNT en 1994 qu’il avait présidé à partir du 14 juin 1994, avant d’être élu, en 1997, président de l’APN.

Après sa réélection en tant que député de la wilaya d’Oran en 2002, feu Bensalah avait été désigné par l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, membre du Conseil de la nation à la tête duquel il avait été porté à l’unanimité pour trois mandats au cours desquels il avait présidé l’Union parlementaire africaine.

Marié et père de quatre enfants, il avait collaboré à partir de 1968 avec de grands titres nationaux. En 1970, il avait été nommé directeur du centre algérien de l’information à Beyrouth puis directeur général du quotidien « El Chaâb » en 1974.

Feu Bensalah avait été fait docteur honoris causa de l’université de « Chungnam » en Corée du sud et décoré des médailles de l’Armée de libération nationale et du Mérite national.(APS)