Skikda, Annaba et El-Tarf placées en vigilance
Canicule dans plusieurs wilayas

Douze (12) nouveaux records nationaux de température, allant de 44c à 48c degrés, ont été relevés durant la période du 9 au 15 août dernier, sur le nord du pays, a indiqué l’Office national de la météorologie (ONM).

Pour l’année 2021, une vague de chaleur intense a intéressé pendant une semaine le nord de l’Algérie durant la période du 9 au 15 août où l’on a enregistré 12 nouveaux records nationaux de température maximale », a indiqué à l’APS, M. Salah Sahabi-Abed, directeur de l’Exploitation météorologique et de la Climatologie à l’ONM.

Il a précisé que ces nouveaux records ont concerné El-Tarf avec +49.1 degrés Celsius, Bejaia (+48.4), Chlef (+48.0), Relizane (+47.8), Guelma (+47.7), Tizi-Ouzou (+47.4), Annaba (+47.0), Miliana (+46.8), Maghnia (+46.1), Mascara (+45.8), Sidi-Bel-Abbès (+45.6) et Saida (+44.1).

Il a fait savoir que « la vague de chaleur observée cette année a plutôt intéressé les wilayas du Nord de l’Algérie, contrairement à l’année 2018 où elle a concernée les wilayas du Sud », considérant ce phénomène comme « l’une des caractéristiques du dérèglement climatique dont les effets demeurent parfois imprévus ».

M. Sahabi-Abed, également expert de l’Organisation mondiale de la météorologie, et membre de la Commission de la météo, du climat, de l’eau, et des services et applications environnementaux associés (SERCOM), a rappelé que « le réseau d’observation de l’ONM a enregistré durant la seule période du 5 au 6 juillet 2018 cinq (05) nouveaux records de température maximale absolue relevées sur cinq wilayas ».

Il a indiqué que, durant cette période, il a été enregistré +49.7 C à El-Oued, +49.5 C à Touggourt, +47.4 C à Ghardaïa et + 44.8 C à Bechar, et +51.3 C à Ouargla qui est « un record pour l’Algérie et pour tout le continent africain ».

L’expert a, cependant, souligné que « la dernière décennie (2011-2019) a été nettement plus chaude, où les températures minimales et maximales annuelles ont été en moyenne plus chaudes que celles des normales des deux périodes 1961-1990 et 1981-2010 et ce, sur la majeure partie du p

« .