Forte pression sur la Tunisie pour isoler l’Algérie…
Le président Tunisien sous pression

Le New York Times évoque une prochaine normalisation entre la Tunisie et Israël comme acquise, et ne serait qu’une question de temps et de…préparation. Officiellement, c’est faux. Car le célèbre NYT sait produire du faux en temps de propagande de guerre. Mais on fait comme si c’était vrai…

Depuis la normalisation d’Israël avec le Maroc, le président tunisien Kaïs Saïed est soumis à une pression intenable. Les Etats Unis, les capitales occidentales, l’Elysée, les lobbys communautaires et d’affaires tentent de l’engouffrer dans cette piste, qu’on lui présente comme sans risque, et, mieux, pleine de promesses.

En fin de mandat, et avant de quitter la Maison Blanche, le président Donald Trump accélère son plan visant à pousser vers la normalisation des relations entre Israël et plusieurs pays arabes. C’est dans ce contexte que le New York Times a fait savoir le lundi 21 décembre, que selon des responsables américains proches de ce dossier, la Tunisie et le Sultanat d’Oman pourraient être les prochains pays qui normaliseront avec Israël. « Des responsables en lien avec les accords d’Abraham ont estimé que la Tunisie et le Sultanat d’Oman seront les prochains à rejoindre ces traités », a-t-on écrit.

Les accords d’Abraham sont deux traités de paix entre Israël et les Émirats arabes unis d’une part et entre Israël et Bahreïn d’autre part. Le premier, entre Israël et les Émirats arabes unis, a été annoncé le 13 août 2020 par le président des États-Unis Donald Trump.

Sur fond de normalisation des relations de plusieurs pays arabes avec Israël, le bloc démocrate à Tunis a décidé de présenter une initiative condamnant et surtout criminalisant toute normalisation entre la Tunisie et l’Etat hébreu.

En vérité, les réunions qui se multiplient entre l’entité sioniste et ses principaux alliés, le Maroc, les Etats Unis, les Emirats, etc. concoctent un « plan de bataille » pour isoler…l’Algérie. Ce serait plus, à en croire nos sources, une bataille politique, diplomatique et économique. L’objectif escompté est celui d’isoler l’Algérie, en la coupant de ses voisins traditionnels dans sa géographie naturelle.