Belhimer:
Ammar belhimer ministre de la communication

Le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Ammar Belhimer, a affirmé samedi que le peuple algérien « a fait échouer tous les calculs misant sur la chute de l’Algérie », et ce, « en allant de l’avant dans la concrétisation de la politique d’édification de l’Algérie nouvelle, qui n’obéit à aucun diktat ou chantage ».

Dans un entretien avec le site Dzertic24, M. Belhimer a indiqué que « le peuple algérien a fait échouer tous les calculs misant sur la chute de l’Algérie en élisant, d’abord, le président Abdelmadjid Tebboune et en allant de l’avant, ensuite, dans la concrétisation de la politique d’édification de l’Algérie nouvelle, qui n’obéit à aucun diktat ou chantage, qu’elles qu’en soient l’origine ou la nature ».

Il a estimé dans ce sens que le plébiscite populaire de l’amendement constitutionnel et la fidélité de l’Algérie à ses principes de soutien aux causes de libération et d’autodétermination à travers le monde « s’inscrivent en droite ligne dans cette voie ».   

 

« L’Algérie se trouve, aujourd’hui, à la croisée de deux courants : celui des nostalgiques de la sinistre ère coloniale, qui se cachent derrière des prétentions de démocratie avec ses phases constitutives et transitoires, et celui des tenants d’un changement radical par la voie pacifique et institutionnelle », a indiqué M. Belhimer.

Soulignant, à ce propos, que « le référendum de novembre a plébiscité le deuxième choix », il a soutenu que ce dernier « est bâti sur des bases solides » et qu’il « finira par permettre d’éradiquer les résidus et symboles de l’ancien régime, dont la majorité se trouvent en fuite à l’étranger ou en prison ».

Le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement a fait état de la révision prochaine des lois organiques relatives aux élections, aux partis politiques, aux associations et aux médias « en concrétisation du nouveau mode de gouvernance » dans le pays.

Pour M. Belhimer, « il était prévisible, face à cette dynamique, que la campagne d’aboiements et d’acharnement soit à la mesure de la douleur infligée aux ennemis et à leurs valets par la politique de l’Algérie souveraine et clairvoyante sous la direction du président Tebboune ». 

« La campagne frénétique engagée par des cercles et des milieux hostiles à l’Algérie à travers des fake news sur la santé du président confirme leur faillite à manipuler l’opinion publique nationale », a-t-il encore relevé, mettant en avant la compassion témoignée par le peuple à son président dans sa maladie et la relation de confiance qu’il a réussi à établir avec les citoyens, en peu de temps.

Le ministre a tenu à préciser, à ce propos, que la maladie du président n’avait jamais été cachée et qu’il l’avait lui même annoncé, assurant qu’il était « en cours de rétablissement et de guérison et retournera bientôt au pays pour poursuivre l’édification de l’Algérie, qui dérange les ennemis et les haineux ».

Il a rappelé, dans ce sens, que les services de la Présidence de la République ont tenu « régulièrement » informée l’opinion publique sur l’état de santé du président.

L’Algérie, cible d’une « tentative de représailles » au service d’agendas précises

En réponse à une question sur la campagne menée par des médias occidentaux contre l’Algérie et son institution militaire, le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement a expliqué que « l’institution militaire algérienne est l’éternel complexe du Makhzen » pour plusieurs raisons, mettant en avant, particulièrement « la cohésion innée et indestructible entre le peuple et son armée et la mise en échec par notre vaillante armée de toutes les manœuvres et plans visant la souveraineté et l’unité de l’Algérie, Etat et peuple ».

« L’Armée nationale populaire a toujours était le rempart au pied duquel s’échouent tous les complots et machinations individuels ou collectifs », a-t-il affirmé ajoutant que « grâce aux sacrifices et au professionnalisme de son armée, elle a réussi à sécuriser ses vastes frontières et à raffermir ce lien naturel avec le peuple en dépit de l’acharnement du Makhzen et de ses lobbies à gages et de ses connivences, bien connues, avec certains pays ».

Il a fait observer, dans ce sens, que « l’Algérie se trouve, en raison de ses positions de principe justes, la cible d’une tentative de représailles orchestrée par plusieurs parties selon des agendas bien précis, notamment à travers la planification de divisions internes et la perturbation de ses efforts, pacifiques et consensuelles, notamment dans des pays voisins comme le Mali et la Libye ».

Le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement a soutenu, dans ce contexte, que l’Algérie, « demeurera fidèle à ses principes et valeurs et ne versera jamais dans le marchandage des droits et des causes justes, dont celle du Sahara occidental, en application des résolutions de l’ONU et de l’UA, affirmant qu’elle relève de la décolonisation et de l’autodétermination ».

M. Belhimer a appelé, ainsi, la communauté internationale et à sa tête le Conseil de sécurité à « assumer son entière responsabilité dans le respect du cessez-le-feu, violé par le Maroc, et dans la résolution de la question sahraouie à travers l’organisation d’un référendum d’autodétermination, conformément à la légalité internationale et résolutions onusiennes », déplorant « le piétinement des us et coutumes internationales par des groupes d’intérêt ».

Sur un autre registre, le ministre a fait savoir au sujet des incendies enregistrés dernièrement que les enquêtes sécuritaires avaient révélé « l’implication de suspects et la Justice tranchera en appliquant les sanctions prévues dans le Code pénal ».

Il a salué, à ce propos, l’élan national des Algériens, à titre individuel et au sein des institutions, entreprises et organisations, à travers la participation à une vaste campagne de reboisement.

Par ailleurs, et à une question sur les efforts de la Justice pour éradiquer la bureaucratie, le ministre de la Communication a estimé que « l’éradication de la corruption, enracinée tout au long des vingt dernières années dans l’administration, les institutions de l’Etat et dans la société, combien même possible, nécessitera un certain temps », soulignant des « progrès positifs » en matière d’éradication de ce fléau.

Quant à une éventuelle fermeture des écoles du fait de la propagation du Coronavirus, le Porte-parole du Gouvernement a rappelé la déclaration du Premier ministre à Tipaza, que si des cas positifs étaient constatés dans des écoles, ils seront traitées individuellement, mais que la décision de fermer les écoles n’était pas à l’ordre du jour.

Abordant la reprise par Air Algérie, à compter de demain dimanche, des liaisons intérieures et le rapatriement des ressortissants algériens encore bloqués à l’étranger, le ministre a tenu à rappeler « le rapatriement de plus de 30.380 citoyens, entre mars et août derniers ».

Le ministre de la Communication a évoqué, par ailleurs, les axes majeurs de l’assainissement du secteur annonçant la mise en application, « dés janvier prochain », des 15 normes régissant la distribution de la publicité publique, en attendant la promulgation de la loi relative à la publicité, qui se trouve, a-t-il assuré « en stade très avancée ».

Il a fait savoir, en outre, que le décret exécutif relatif aux modalités d’exercice de la presse électronique, « sera bientôt publié dans le Journal officiel », invitant tous les sites électroniques à « se conformer aux dispositions du décret qui exige le dépôt d’une déclaration par le directeur responsable de l’information accompagnée d’un dossier auprès de l’Autorité compétente et la domiciliation du domaine (.dz) ».